Procès d’Hissène Habré : Il n’y a que le premier pas qui coûte – Senegal-actu

un yo-yo, le procès de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré, n’a
cessé d’être balancé çà et là au gré des humeurs et des contingences
politiques des uns et des autres. Aujourd’hui classé, demain rouvert. On
a même l’impression que tout était mis en œuvre depuis le début pour
noyer le poisson dans l’eau.

Cette patate juridico-politique, chaude, que constitue le procès d’Hissène Habré, tout le monde s’est empressé de
s’en débarrasser en la refilant au voisin. L’Union africaine l’a refilée
au Sénégal, qui, à son tour, se traîne telle une limace, comme s’il ne
voulait pas avoir la responsabilité historique de juger un président
africain, même à la fin de son exercice. Le syndicat des chefs d’Etat ne
veut pas non plus de ce précédent juridique, dont il a peur qu’il lui
revienne en pleine figure tel un boomerang.

L’Union africaine l’a refilée au Sénégal, qui, à son tour, se traîne
telle une limace, comme s’il ne voulait pas avoir la responsabilité
historique de juger un président africain, même à la fin de son
exercice. Le syndicat des chefs d’Etat ne veut pas non plus de ce
précédent juridique, dont il a peur qu’il lui revienne en pleine figure
tel un boomerang. Toutes choses qui font que le dossier piétine, et ce,
depuis déjà une bonne décennie.

Ce qui n’est pas pour déplaire au dictateur Habré qui, après avoir vidé
les caisses du Trésor tchadien, vit comme un nabab au pays de la
Teranga, après s’y être trouvé une âme sœur. Qui nous dit d’ailleurs que
Hissène Habré, entre-temps, n’a pas obtenu la nationalité sénégalaise ?
Cela expliquerait pourquoi le président sénégalais, Abdoulaye Wade,
réchigne à envoyer un de ses compatriotes à la potence.

C’est peut-être pour cela que, depuis le début de cette affaire, le
Sénégal semble se trémousser sur une adaptation de sa fameuse danse, le
mbalax, cette danse qui consiste à faire un pas en avant, deux en
arrière. Dernier pas ou plutôt dernier développement de l’affaire en
date : la table ronde des bailleurs de fonds pour le financement du
procès d’Hissène Habré, organisée le 24 novembre dernier à Dakar par
l’Union africaine (UA).

Sous la présidence du ministre d’Etat sénégalais, ministre de la
Justice, Cheikh Tidiane Sy, les pays et institutions donateurs se sont
tous engagés à sortir le chéquier pour un procès juste et équitable. En
d’autres termes, ils promettent de prendre entièrement en charge une
partie du budget du procès, à savoir 5,6 milliards F CFA, le budget
total étant lui-même estimé à 18 milliards de nos francs.

D’ores et déjà, l’UA s’engage à dégager 1 million de dollars (près de
500 millions CFA) et l’Union européenne (UE), pour sa part, 2 millions
d’euros (environ 1 milliard 310 millions CFA). Le Tchad a également
promis de débourser 2 milliards de FCFA. Le reste du budget doit être
complété par d’autres bailleurs de fonds traditionnels comme la France,
l’Allemagne et/ou les Pays-Bas.

C’est vrai que les promesses des uns et des autres sont loin du compte
(NDLR : 5, 6 milliards de F CFA sur les 18 demandés par l’Etat
sénégalais), mais force est de reconnaître que c’est quand même un bon
début. Il faut espérer que d’autres donateurs mettront la main à la
poche pour que le droit puisse être dit. Enfin ! Mais le Sénégal attend
d’engranger la totalité de la somme demandée avant de mettre en branle
la machine judiciaire, et c’est là que le bât blesse.

On peut comprendre cette précaution, car la promesse est une dette,
comme le dit l’adage, certes, mais l’on sait aussi que “le débiteur


Commentaires sur facebook