Alain Péligat, l’ex- logisticien de l’Arche de Zoé veut «laver son honneur» – Rfi

L’Affaire de l’Arche de Zoé refait surface en France, à travers Alain Peligat, un des protagonistes de ce scandale, l’un des six membres de cette organisation condamnés en 2007, au Tchad, à huit ans de travaux forcés pour « tentative d’enlèvement » vers la France de 103 enfants tchadiens. Transférés en France, ils ont vu leur peine commuée en huit années d’emprisonnement, avant d’être graciés par le président tchadien Idriss Déby, puis libérés. Mais Alain Peligat ne veut pas en rester là. Il a fait appel.

Il porte toujours cheveux blonds et longues moustaches, comme au moment de l’affaire. L’ex-logisticien de l’Arche de Zoé a demandé le 8 décembre 2010 à la Cour d’appel de Paris d’effacer sa condamnation à 8 ans de prison. Elle avait été prononcée par la justice française au retour dans l’Hexagone des six membres de l’ONG. Une façon de convertir la peine de travaux forcés décrétée par la justice tchadienne.

Depuis, Alain Péligat est de toute façon sorti de prison, gracié comme les autres par le président Déby. Mais il a fait appel, pour laver son honneur, dit-il, et aussi son casier judiciaire, comme l’explique son avocat, Maître Miravete : « Il n’a jamais tenté d’enlever des enfants. Lui, il était dans le cadre d’une opération humanitaire. Son travail à Abéché, c’était essentiellement d’alimenter en eau et en électricité le centre, de s’occuper de problèmes matériels etc… point barre. Il ne s’est jamais occupé de problèmes administratifs, de recueillir les enfants…Ce n’est pas rien une peine de huit ans d’emprisonnement pour enlèvement d’enfants. Si lui estime, à juste titre, qu’il n’est pas coupable de ce crime, il ira jusqu’au bout ».

La Cour d’appel rendra son arrêt le 19 janvier 2011. Alain Péligat restera de toute façon poursuivi en France pour « aide à l’entrée et au séjour irrégulier de mineurs étrangers » dans le cadre de l’enquête française sur l’Arche de Zoé. Le procès français des six membres de l’ONG est prévu l’an prochain.


Commentaires sur facebook