N’Djamena assure ne pas vouloir "se servir" de l’affaire de l’Arche de Zoé – Afp

Le gouvernement tchadien a assuré mardi ne pas chercher « à se servir » de l’affaire née de la tentative d’une association française d’emmener de l’est du Tchad en France 103 enfants de la région, assurant qu’elle n’empêcherait pas le déploiement prévu d’une force européenne.

« N’ayant rien à se reprocher, le gouvernement tchadien ne cherche aucunement à se servir de cette affaire malheureuse contre qui que ce soit« , affirme le gouvernement dans un communiqué publié mardi soir à N’Djamena.

« Cette tentative avortée d’enlèvement d’enfants n’aura aucun effet sur le déploiement (prévu) des forces européennes dans l’est du Tchad (…) destiné à sécuriser les sites de réfugiés soudanais et de déplacés tchadiens, conformément aux engagements pris avec le gouvernement tchadien à cet effet« , assure-t-il.

Une force européenne (Eufor) doit être déployée notamment dans l’est du Tchad afin d’y assurer avec des policiers de l’ONU la sécurité de quelque 230.000 réfugiés soudanais du Darfour (ouest du Soudan), frontalier du Tchad, et 170.000 déplacés tchadiens qui s’y trouvent.

Les premiers éléments de cette force Eufor Tchad-RCA, qui sera également présente dans le nord-est de la Centrafrique, frontalière elle aussi du Darfour, région en proie depuis 2003 à la guerre civile, doivent entamer leur déploiement en novembre.

Dans son communiqué, le gouvernement tchadien rassure les personnels des nombreuses ONG humanitaires présentes au Tchad.

« Tous ceux qui ne sont impliqués ni de près ni de loin dans cette affaire et qui travaillent dans d’autres organisations d’assistance humanitaires au Tchad n’ont pas à s’inquiéter et à être inquiétés par quiconque voudrait se substituer à la justice pour régler des comptes inavoués« , souligne le communiqué.

Seize Européens et deux Tchadiens ont été inculpés lundi soir et placés en détention préventive pour avoir tenté d’emmener en France 103 enfants de la région frontalière Tchad-Soudan, en les présentant comme des orphelins du Darfour.

Neuf Français – des membres de l’association française Arche de Zoé et trois journalistes – ont été inculpés à Abéché, principale ville de l’est du Tchad, d' »enlèvement de mineurs » et d' »escroquerie« .

Les sept Espagnols de l’équipage de l’avion qui devait conduire les enfants en France, ainsi qu’un sous-préfet et un chef de quartier tchadiens, sont poursuivis pour « complicité ».

Un Belge est lui en garde à vue depuis dimanche à N’Djamena dans la même affaire


Commentaires sur facebook