Douala: le "camp tchadien" pertube la construction du gymnase multisports – quotidien mutations

Plus de deux mois après qu’ils sont censés libérer cet espace, les transporteurs par camions qui rallient N’djamena font toujours la résistance. La construction du gymnase multisports dans la capitale économique, pourrait ne pas être achevée en octobre 2011, comme initialement prévue. Plus deux mois après la pose de la première pierre, au lieu dit «camp tchadien», situé au quartier Bépanda omnisports, à quelques encablures du stade de la Réunification, le site est toujours partiellement occupé.

Les transporteurs qui occupent une partie du site, entreprennent d’ailleurs des manœuvres incessantes, qui provoquent régulièrement des bouchons sur la chaussée. Ainsi d’un côté, on voit des camions citernes parqués dans un parking clôturé. Alors que d’un autre côté, on aperçoit un portail fermé, devant lequel se trouve un gardien.

D’un côté comme de l’autre, aucun élément n’indique que les travaux ont débuté autour du 10 avril 2011, comme annoncé par Michel Zoah, le ministre des sports et de l’éducation physique (Minsep). En effet, le 10 mars dernier, lors de la pose de la première pierre du gymnase multisports de Douala, Fritz Ntoné Ntoné, le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala avait un moratoire d’un mois supplémentaire. Depuis lors, rien n’a bougé. Un vigile en faction affirme que les travaux ont débuté à la date prévue, ne permet cependant pas l’accès au site, au reporter de Mutations.
Mais il fait appel à l’entrepreneur, qui fait le point. «Les travaux ont commencé depuis un mois par les fondations. Mais nous éprouvons d’énormes difficultés avec les transporteurs qui sont toujours là, alors que le délégué du gouvernement leur avait donné 30 jours pour déguerpir. En plus, avec leurs multiples manœuvres, ces camions, abîment les installations. C’est pourquoi nous nous plaignons auprès de la communauté urbaine, auprès des services du gouverneur, auprès des services décentralisés du ministère des sports et de l’éducation physique et même auprès de la direction du stade de Réunification», déplore Prosper Kandem, entrepreneur des établissements New services Tjr, l’entreprise engagée dans les travaux de construction du gymnase multisports de Douala.

A côté, les transporteurs acheminant depuis près de 30 ans, le super, le pétrole, le gas-oil, le fuel et divers à Garoua et à Ndjamena au Tchad, promettent ne pas s’éterniser sur les lieux. «Nous sommes encore sur ce site parce que les travaux de construction du complexe sportif n’ont pas encore évolué. C’est vrai que le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, nous avait donné un délai d’un mois pour partir et que ce délai a expiré, mais nous sommes encore en négociation avec le propriétaire de notre prochain site. Mais rassurez-vous, nous partirons et le gymnase multisports de Douala verra le jour sur ce site», lance Yougouda Mana, chargé de la sécurité des camions, situés au «camp tchadien». Ces derniers doivent échouer tout près de la cité des employés du Port autonome de Douala (Pad), située à côté du stade de la Réunification.

A la Communauté urbaine de Douala (Cud), on ne semble pas paniquer de cette situation. «Pour le moment, la présence des transporteurs à côté du site qui doit abriter le gymnase multisports ne gêne pas les travaux. On leur avait donné un mois pour déguerpir et même si le délai a expiré, ils partiront. Mais la zone qu’ils occupent sera plutôt en dehors du futur gymnase. Donc la présence des transporteurs ne gêne pas les travaux pour le moment. Pour ma part, je crois que ce complexe sera achevé dans six mois comme initialement prévu», soutient un cadre à la Communauté urbaine de Douala. Un avis que ne partage pas l’entrepreneur des travaux : «Avec la persistance des transporteurs sur le site, il nous sera difficile de livrer les travaux du gymnase multisports de Douala en six mois.


Commentaires sur facebook