Trafic d’essence au Tchad : un brigadier du SEA fait l’objet de poursuites judiciaires – Marianne

Les faits remontent à décembre 2009. Un brigadier du Service des essences des armées (SEA), affecté à N’Djaména (Tchad) a un accident de la circulation, sans gravité, à l’extérieur du camp français. Sur place, les gendarmes de la prévôté constatent qu’il reste 3000 litres de carburant dans la citerne de son camion, alors qu’elle aurait dû être vide. Ce carburant est destiné à alimenter la centrale électrique de la base. Les enquêteurs découvrent que le brigadier allait revendre son chargement en ville…

Mis aux arrêts, puis rapatrié en France, il fait l’objet d’une enquête de commandant qui aboutit à la résiliation de son contrat et à son renvoi de l’armée. Le ministère de la Défense a décidé, en mai dernier, de porter l’affaire devant la justice en déposant une plainte.

Mardi 21 Juin 2011
Jean-Dominique Merchet


Commentaires sur facebook