Un ministre tchadien déplore que les gens se croient tout permis en Afrique – Afp

Les Tchadiens sont « indignés » par l’affaire de l’Arche de Zoé, a fait valoir le ministre tchadien du Tourisme, qui critique dans un entretien à El Pais le fait que « les gens croient que tout est permis en Afrique« .

« Mon peuple est indigné. Les Occidentaux sont ceux qui sont supposés nous avoir appris le droit, les droits de l’Homme. Et maintenant, ils viennent chez nous violer ces droits« , a déclaré le ministre Ibrahim Ahmed Koulamallah au quotidien espagnol daté de mercredi.

La cause de toute cette affaire est « la pauvreté », selon le ministre. « Tout le monde croit que l’Afrique est pauvre et tous en profitent, tout en disant qu’ils arrivent avec de l’aide humanitaire« , a déclaré Ibrahim Ahmed Koulamallah.

« C’est très grave. On allait leur faire changer de culture, de religion, de famille, de tout. S’ils veulent vraiment aider, ils n’ont pas besoin d’emmener les enfants, ils peuvent le faire en les gardant dans notre pays et en nous aidant« .

Le ministre a précisé qu’un dispositif était en train d’être mis sur pied pour ramener les enfants à leurs familles. Le responsable participait à Cordoue (sud de l’Espagne) à une conférence internationale sur le tourisme et la religion organisé par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Seize Européens et deux Tchadiens ont été inculpés lundi soir et placés en détention préventive, accusés d’avoir tenté d’emmener en France 103 enfants de la région frontalière Tchad-Soudan, en les présentant comme des orphelins du Darfour.

Neuf Français – des membres de l’association française Arche de Zoé et trois journalistes – ont été inculpés d' »enlèvement de mineurs » et d' »escroquerie« . Les sept Espagnols de l’équipage de l’avion qui devait conduire les enfants en France, ainsi qu’un sous-préfet et un chef de quartier tchadiens, sont poursuivis pour « complicité ».

Un Belge est en garde à vue depuis dimanche à N’Djamena dans la même affaire


Commentaires sur facebook