Hissène Habré sur son expulsion : «C’est un complot d’assassinat politique» – Le Quotidien

Hissène Habré est sorti de son réserve après l’annonce du Sénégal de suspendre sa décision de l’extrader vers son pays. L’ex-Président tchadien qualifie la mesure visant à l’expulser du Sénégal de complot d’assassinat politique. Il informe aussi avoir appris la nouvelle à travers les médias au même titre que tout le monde.

Habré soutient même que ses avocats n’étaient pas informés. Après l’annonce par le Sénégal de la suspension de son expulsion vers le Tchad, Hissène Habré a décidé de sortir du silence dans lequel il s’est emmuré depuis quelques années. Pour rompre ce silence, l’ex-Président tchadien a accordé un entretien à l’hebdomadaire La Gazette dans lequel il est revenu sur cette affaire qui continue de faire couler beaucoup de salive.

Ainsi, Habré qualifie cette décision du Sénégal de le renvoyer au Tchad de complot d’assassinat politique. «Je suis à la fois surpris et non. Surpris parce que j’ai appris la nouvelle comme tout le monde, sans être informé. Même mes avocats n’étaient pas informés. Pourtant dans des situations pareilles, il y a des procédures à suivre. Je ne suis pas surpris parce que depuis 20 ans, nous vivons dans des situations comme celle-là. Un jour un mystérieux avion a atterri sur le tarmac de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor pour m’emmener soit en Lybie soit au Nigeria», soutient Habré dans un petit extrait de l’entretien choisi par la radio Sud Fm.

L’ancien Président tchadien poursuivi pour torture, crimes de guerre et crimes contre l’Humanité a tenu à préciser qu’il y a eu une énorme confusion dans le vocabulaire utilisé par le Sénégal pour parler de son renvoi vers son pays. «Je ne comprends même pas. Tantôt on parle d’extradition, tantôt on parle d’expulsion», dit-il.

Seulement, Hissène Habré semble être convaincu que derrière cette décision de l’expulser du Sénégal se cache un complot ourdi par Kadhafi. «C’est l’exécution d’un complot d’assassinat politique ; un complot politico-financier derrière lequel il y a le Guide libyen Mouammar Kadhafi», lance-t-il. Cela s’explique, à l’en croire, par le fait qu’il n’est pas en odeur de sainteté avec le Libyen. «Tout le monde connaît mon opposition à Kadhafi à propos de la bande d’Aouzou», ajoute-t-il.

Dans l’entretien, le Tchadien a tenu aussi à saluer l’hospitalité des Sénégalais qui, selon lui, ont tout fait pour rendre son séjour agréable. «Nous nous sentons, mon épouse et moi, chez nous au Sénégal», affirme-t-il.


Commentaires sur facebook