Sarkozy va contacter Déby pour trouver une solution – Reuters

Nicolas Sarkozy a annoncé sa décision d’appeler le président tchadien Idriss Déby pour le « sensibiliser au respect de la présomption d’innocence » dans l’affaire de « L’Arche de Zoé« , dont il a une nouvelle fois « condamné sans ambiguïté » les activités.

Le chef de l’Etat, qui a marqué sa « confiance » en son homologue tchadien, a laissé entendre qu’il plaiderait pour le jugement en France des membres de l’association inculpés par la justice tchadienne d' »enlèvements de mineurs tendant à compromettre leur état civil » et « escroquerie« . Nicolas Sarkozy s’est déjà entretenu par téléphone avec Idriss Déby dimanche.

Nicolas Sarkozy, qui s’exprimait à l’issue du conseil des ministres décentralisé à Ajaccio, a pris soin de faire un distinguo entre les membres actifs de « L’Arche de Zoé« , rebaptisée « Children Rescue » au Tchad, et les journalistes français et membres d’équipage espagnols qui sont détenus avec eux.

Les seize Européens arrêtés jeudi dernier à Abéché, dans l’est du Tchad, alors qu’ils tentaient d’emmener par avion 103 enfants présentés comme des « orphelins du Darfour », risquent de cinq à 20 ans de travaux forcés s’ils sont reconnus coupables.

Selon les informations qui commencent à parvenir du Tchad, et relayées par le Quai d’Orsay, les 103 enfants seraient en fait majoritairement d’origine tchadienne et auraient pour beaucoup des parents.

Deux journalistes français, au nombre des détenus, effectuaient un reportage sur l’association. Les sept membres d’équipage espagnols ont été inculpés de complicité, ainsi que deux Tchadiens. Aucune charge n’a encore été formulée à l’encontre du pilote belge de l’appareil, détenu séparément à N’Djamena.

Les seize Européens devaient être transférés sous peu vers la capitale tchadienne.

« Je vais rappeler le président Déby pour le sensibiliser après avoir condamné sans ambiguïté l’action de l’association« , a souligné Nicolas Sarkozy.

SARKOZY DÉMENT UNE MEDIATION DE KADHAFI

« Je veux le sensibiliser au respect de la présomption d’innocence, à la situation des personnes qui sont là-bas et notamment des journalistes, ceux en tout cas dont on sait maintenant qu’apparemment ils n’étaient pas dans les actions de cette association« , a-t-il ajouté.

« Il y a le problème de l’équipage espagnol et il y a le problème des journalistes, dont il semble qu’une partie d’entre eux n’avaient rien à voir avec l’action de cette association« , a fait valoir le chef de l’Etat.

« Il y a plusieurs problèmes de l’association : pourquoi ont-ils conduit cette action illégale, avec quel motif?« , s’est-il interrogé.

« C’est à la justice de le déterminer, et je pense qu’en en parlant calmement entre l’Etat tchadien et l’Etat français, comme il y a une instruction en France, vous comprendrez que je souhaite pas m’exprimer plus longuement pour ménager les susceptibilités des uns et des autres, mais vous voyez à peu près où irait ma préférence« , a expliqué le président français, suggérant une extradition des Français pour qu’ils soient jugés en France.

Une convention judiciaire lie le Tchad à la France.

Une information judiciaire a été ouverte en France le 24 octobre contre « L’Arche de Zoé » pour « exercice illégal de la profession d’intermédiaire en vue de l’adoption ou du placement d’un enfant ».

« Je traite cette question avec sérieux : cette action est illégale et d’ailleurs, la preuve de l’illégalité, c’est qu’ils ont changé de nom qui n’est pas celui qui était le leur lorsqu’ils étaient en France« , a commenté Nicolas Sarkozy.

« C’est quand même pas bon signe, si vous voulez. Je ne porte pas de jugement, je ne connais pas tous les détails, c’est l’enquête qui le dira, mais c’est quand même curieux de se présenter sous un nom en France et sous un autre au Tchad« , a-t-il poursuivi.

Avant d’ajouter : « Enfin, le respect de la présomption d’innocence, ça compte aussi« .

Nicolas Sarkozy a par ailleurs démenti toute offre de médiation du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi dans cette affaire, comme le rapportait Le Parisien.


Commentaires sur facebook