Affaire de l’Arche de Zoé: Sarkozy va "sensibiliser" Deby à la présomption d’innocence – Afp

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé mercredi à Ajaccio qu’il allait appeler son homologue tchadien Idriss Deby Itno pour le « sensibiliser » à la présomption d’innocence.

« Je vais appeler le président Idriss Deby pour le sensibiliser, après avoir condamné sans aucune ambiguïté l’action de l’association (…) au respect de la présomption d’innocence et à la situation des personnes (…) dont on sait qu’apparemment, elles n’étaient pas dans les activités de cette association« , a déclaré M. Sarkozy.

Le chef de l’Etat s’exprimait devant la presse à l’issue du Conseil des ministres décentralisé qui s’est déroulé dans la préfecture de Corse du Sud.

« J’ai confiance dans le président Idriss Deby, je vais l’appeler. Il y a plusieurs problèmes », a détaillé M. Sarkozy.

Il a distingué « le problème des acteurs de l’association » et les motifs de leur « action illégale« : « ça c’est à la justice de le déterminer« .

« Il y a le problème de l’équipage espagnol, il y a le problème des journalistes« , a-t-il poursuivi.

« Comme l’instruction (judiciaire) a été ouverte en France, vous comprendrez que je ne souhaite pas m’exprimer plus longuement pour ménager la susceptibilité des uns et des autres, mais vous voyez à peu près où irait ma préférence« , a poursuivi Nicolas Sarkozy en allusion à l’endroit où pourraient être jugés les Français.

Plusieurs députés se sont prononcés pour qu’ils le soient en France plutôt qu’au Tchad. « Le moins qu’on puisse dire, c’est que la justice tchadienne, a priori, ne présente pas toutes les garanties d’impartialité« , a ainsi estimé mardi le socialiste Jean-Louis Bianco.

« Je n’ai pas de réelle inquiétude, je traite cette question avec sérieux, cette action est illégale et d’ailleurs, pour preuve de l’illégalité, c’est qu’ils ont changé de nom« , a poursuivi Nicolas Sarkozy en évoquant le nom de Children Rescue utilisé par l’Arche de Zoé au Tchad.

« Ils (les responsables de l’Arche de Zoé) ont obtenu une autorisation de circuler dans l’Etat tchadien avec un nom qui n’est pas celui qui était le leur quand ils étaient en France, c’est quand même pas bon signe« , a-t-il jugé.

Seize Européens et deux Tchadiens ont été inculpés lundi soir et placés en détention préventive à Abéché (est du Tchad) pour avoir tenté d’emmener en France 103 enfants de la région frontalière Tchad-Soudan, en les présentant comme des orphelins de la province soudanaise du Darfour.


Commentaires sur facebook