CPDC : Communiqué de presse N°02 /CPDC/2010

Depuis quelques semaines, les auditeurs et téléspectateurs tchadiens sont soumis à un matraquage systématique permanent, au profit du MPS et de son président, Idriss Déby Itno.

Toutes les techniques en la matière sont utilisées, dans le but d’abuser l’opinion et de s’imposer dans la perspective des futures élections : dans les journaux parlés et télévisés, les reportages, les magazines et chroniques, les émissions spécifiques…Rien n’est laissé au hasard, tandis que les activités des partis politiques sont superbement ignorées ou, si on daigne les relater, elles ont une portion congrue.

Cette pratique relève d’un passé que nous croyions à jamais révolu, celui du tristement célèbre parti-Etat. L’environnement politique actuel, décidé d’un commun accord par les acteurs politiques de la majorité et de l’opposition, n’autorise pas l’accaparement à son profit exclusif, par le parti au pouvoir, des médias publics financés principalement, faut-il le rappeler, par les contribuables. L’Accord politique du 13 août 2007, en son chapitre 4, a prescrit une conception libérale en matière de liberté de la presse. Il est donc impérieux de s’y conformer. De ce qui précède, la CPDC :

  1. Exige que les médias publics respectent les règles de traitement équitable de l’information sans discrimination aucune.
  2. Exige la mise en route immédiate de l’expression directe, légalement prévue au profit des partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale.
  3. Demande au Gouvernement d’abroger sans délai l’ordonnance 05 de février 2008 devenue illégale, anachronique et scélérate. Une nouvelle Loi devrait être adoptée en tenant compte des propositions des organisations politiques et socio professionnelles dans le domaine.

La CPDC prend à témoin l’opinion nationale de cette dérive anti-démocratique et l’invite à la soutenir dans ce combat pour la restauration et l’élargissement du champ des libertés individuelles et collectives.

N’Djaména, le 10 mai 2010
Le Porte parole-adjoint
Saleh KEBZABO


Commentaires sur facebook