LA UNE N’DJAMENA BI-HEBDO N° 936 du 23.03.06: Quitte ou double

bihebdo

En dépit des bons offices des représentants de la communauté internationale à N’Djaména pour nouer un dialogue entre le pouvoir et son opposition démocratique, Idriss Déby Itno demeure imperturbable.

Il tient vaille que vaille à l’élection présidentielle dont l’échéance est fixée au 3 mai prochain. Le prétexte avancé par ses thuriféraires pour justifier l’entêtement de Déby à organiser dans les délais cette élection présidentielle, c’est d’éviter un vide juridique, alors que IDl lui-même vient de proroger, sans un moindre remords, le mandat de l’actuelle législature!

Les faits et gestes du chef de l’Etat montrent à suffisance qu’il veut à tout prix s’offrir un 3ème mandant à la magistrature suprême. N’en déplaise aux leaders des partis politiques de l’opposition, aux associations de la société civile, qui posent des préalables pouvant définir les contours des élections véritablement démocratiques et transparentes. IDI qui ne s’encombre pas des « élucubrations » d’une certaine classe politique, de la société civile ou des membres du clan dont les velléités menacent son fauteuil, a le soutien de ses lieutenants. Le secrétaire général du Mps, Mahamat Hissène, extériorise bien la pensée de son « patron » en déclarant que le Mps ne fera pas marche arrière. Aux autres de prendre le train en marche. Et les affiliés du Mps, ses satellites de concurrents se positionnent. Ainsi, Brahim Ahmat Koulamallah du Msa/R, le député Delwa Kassiré Koumakoye du Viva/Rndp et le ministre Pahimi Padacket Albert du Rndt le réveil s’annoncent à accompagner Idriss Déby, pendant que des bureaux et autres caravanes de toutes les couleurs, créés de toutes pièces s’agitent au nom du président Idriss Déby Itno.

Aussi, pendant qu’il convoque le corps électoral pour le 3 mai, Idriss Déby Itno s’engage sur le front de l’Est, en voulant nettoyer les grottes de Hadjer Marfaïne et Hadjer Djedid, qui abritent ses opposants armés. Et ce, en violant le territoire soudanais avec l’appui et la complicité active de ses protecteurs français et amis taiwanais. IDI qui bénéficie de la part de ses protecteurs d’une logistique conséquente et des données stratégiques photo-satellitaires des positions de ses ennemis n’a peur de rien et tente des actions suicidaires. Certes, Idriss Déby Itno tient à son 3ème mandat. Mais le double jeu auquel il se livre parait des plus dangereux. Un jeu qui aura des conséquences néfastes sur le pays. Tant, en voulant se débarrasser des rebelles de l’Est pour se sentir maître du territoire national afin d’y battre campagne, IDI est en train de percer une ruche pleine d’abeilles. Dans l’immédiat, l’énergie du désespoir des rebelles pourrait faire sauter le verrou sécuritaire installé par la France à l’est du Tchad, ce qui conduira fatalement à une hécatombe. Or, en sachant que la vendetta en milieu zaghawa est tenace -le sang ne se lave que par le sang, tôt ou tard -, IDI paiera cette audace. Dans tout cela, la grande victime c’est le Tchad qui renoue avec les démons de la guerre.

La rédaction
N’DJAMENA BI-HEBDO N° 936 du 23.03.06


Commentaires sur facebook