72 heures d’anarchie à Kyabé – N’DJAMENA BIHEBDO N°944 du 24 avril 2006

Jeudi 13 avril 2006, les éléments du Front uni pour le changement pénètrent à Kyabé, chef lieu du département du Lac Iro. Des sources dignes de foi indiquent que les rebelles ont fait leur entrée entre 8 heures et 9 heures dans une ville désertée par toutes les autorités administratives, judiciaires et mêmes militaires. Seuls sont restés en poste, le chef de brigade territorial de la gendarmerie, Idriss Al Kalim Mahamat, son adjoint et quelques hommes. Ils étaient moins d’une dizaine. Ces mêmes sources affirment les rebelles sont repartis de Kyabé vendredi en début d’après-midi.

Le chef de brigade territoriale occupe la résidence du préfet qui se trouve entre temps à Sarh. C’est là qu’il accueille les rebelles arrivés à bord de 24 véhicules Toyota flambant neufs et bien équipés. Le gendarme est tout de suite nommé préfet par les nouveaux occupants de la ville.

Ceux-ci forcent les portes des bureaux de la préfecture et de la sous-préfecture à la recherche des choses importantes qu’ils n’ont pas trouvées. Ils prennent ensuite la direction de l’Usine de la Cotontchad où ils se sont approvisionnés en carburant. Au marché, c’est une seule boutique qui a été pillée aussi bien par les rebelles que par les habitants de Kyabé.Les hommes de Mahamat Nour ont arraché tous les moyens de communication de la ville, en l’occurrence les radios de transmission.

Les habitants de Kyabé ne se sont pas arrêtés à la boutique. Ils ont saccagé la préfecture, la sous-préfecture, notamment toutes les archives, dont certaines sont importantes, puisqu’elles datent de l’époque coloniale. Tous les meubles sont emportés. Les domiciles du secrétaire général du département, du sous-préfet, ont reçu la visite des pillards.
Toute tentative de les ramener à la raison se solde par un échec. Un des rebelles leur aurait conseillé d’éviter de toucher aux archives, peine perdue.

Le nouveau préfet, lui, soumet la population à la terreur pendant son règne de 3 jours. Ses ordres ne doivent en aucun cas être discutés. II a tenté de tirer sur un de ses éléments qui se serait caché à l’approche des rebelles. II a fait enfermer son adjoint qui s’est réfugié chez lui et qui est revenu au camp plus tard.

Samedi 15 avril, le nouveau préfet intercepte un prêtre qui se rend à Soubo (à 25 km de Kyabé) pour la cérémonie de baptême. II ordonne à M. l’Abbé de repartir à la paroisse Saint Pierre Clavaire prendre 4 fûts vides qu’il devra lui remplir à la Cotontchad. II est préfet, il doit désormais consommer de l’eau propre. Le prêtre rétorque qu’il n’en a pas le temps et que d’ailleurs la paroisse ne dispose pas de fût vide. Ce que Idriss Al kalim n’admet pas et administre une gifle au jeune prêtre. La colère de celui-ci monte d’un cran et l’échange verbal entre les deux hommes devient violent. La nouvelle autorité pointe un fusil d’assaut sur son vis à vis. Un des ses hommes qui se trouve juste à côté dévie le canon de l’arme.

Ne pouvant plus supporter les actes de violence de leur chef, les gendarmes s’organisent pour y mettre un terme. Ils réussissent à lui arracher son arme et à le ligoter pour le conduire ensuite à Sarh à bord d’un véhicule. II est pour le moment difficile de dire avec exactitude là où se trouve le chef de brigade territoriale de Kyabé qui a régné sur le département du Lac Iro pendant trois jours. On apprend aussi que les autorités administratives ont regagné leurs postes respectifs.

Klaïngar Nadji Kika (Sarh)
N’DJAMENA BIHEBDO N°944 du 24 avril 2006


Commentaires sur facebook