Le Mps rançonne – N’DJAMENA BI-HEBDO N° 945 du 27 avril 2006

Tout est parti d’une lettre adressée le 2 avril 2006 par le directeur de campagne du candidat Idriss Déby Itno et secrétaire général du Mps, Mahamat Hissene, aux militants, sympathisants, amis et bonnes volonté « Comme vous le savez, la campagne électorale est toujours une opération lourde, complexe et coûteuse qui demande le concours multiforme de tous les citoyens car c’est l’avenir du pays dans son ensemble qui est engagé. Ceci est d’autant plus vrai que le scrutin du 3 mai prochain ouvre une nouvelle perspective pour notre pays ». Cette correspondance du secrétaire général du Mps est suivie d’autres.

Une seconde correspondance du même Mahamat Hissene datée du 3 avril est adressée aux coordonnateurs des projets. « J’ai l’honneur de solliciter par ta présente une contribution financière d’un montant de 250.000 FCFA au titre de soutien à la campagne du candidat ldriss Déby Itno à l’élection présidentielle du 3 mai 2006″. Cette somme, indique la lettre, peut être remise directement à la direction nationale de la campagne ou à un des collecteurs mandatés à cet effet. Les collecteurs sont des membres de la commission finances et logistique que préside le grand-frère du candidat Déby Itno, Daoussa Déby, lui signe lui-même les ordres de mission auprès des chargés des ministères et des projets.

Une grille de contributions pour l’administration centrale est signée le 5 avril par le directeur de campagne. La contribution des secrétaires généraux et des inspecteurs généraux des départements ministériels est fixée à 75.000 FCFA; celle des directeurs généraux à 50.000; les directeurs de service à 40.000 FCFA et des chefs de service à 25.000 FCFA. En provinces, un sort analogue sera appliqué aux responsables locaux. Les paysans, eux, paieront de leurs moutons et autres chèvres.

Normal, est-on tenté de dire, pour un parti au pouvoir qui distribue à ses militants, comme des butins de guerre, postes et autres biens de l’Etat sans aucun critère de compétence ; un parti au pouvoir pour qui le militantisme, avec un certain zèle, suffit pour gravir tous les échelons.

Ce qui ne peut être admis lors de cette campagne, c’est que les obligés du Mps utilisent les moyens de l’Etat pour faire des parades dans la ville. Le cas des véhicules administratifs est le plus patent: un bandeau permet, grossièrement, de barrer la plaque minéralogique et la voiture est criblée d’autocollant à l’effigie de Déby.

Pourtant, l’article 128 de notre code électoral est clair: « L’utilisation des biens, moyens, attributs et symboles de l’Etat, d’une institution ou d’un organisme à des fins de propagande ou dans le but d’influer ou de tenter d’influer sur le vote est interdite et est punie des peines applicables au trafic d’influence ».

Rubrique Echos
N’DJAMENA BI-HEBDO N° 945 du 27 avril 2006


Commentaires sur facebook