Le triomphe sans surprise – N’DJAMENA BI-HEBDO N° 949 du 15 au 17 mai 2006

tri C’est sans surprise qu’Idriss Déby Itno a été déclaré vainqueur avec 77, 61% de la présidentielle du 3 mai 2006, loin devant ses challengers avec un taux de participation de 61,49%. L’étranger, N’Djaména, le Mayo Kebbi-ouest, le Logone occidental et le Moyen Chari affichent les plus forts taux d’abstention.

23 H passées ce dimanche 14 mai. Nous sommes à la villa privée d’Idriss Déby qui jouxte l’aéroport. Le tintamarre de klaxons, les tirs d’armes à feu (malgré la mise en garde du di­recteur général de la police) se mêlent aux feux d’artifice, La Com­mission nationale électorale in­dépendante vient de finir avec la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 3 mai 2006

ce Pour Idriss Déby et ses parti­sans, cette victoire est une se­conde bataille de gagnée. La pre­mière étant celle d’avoir tenu le pari d’organiser la présidentielle en elle-même. Ainsi à la veillée électorale où il se trouvait avec ses partisans, le chef de l’Etat a commencé ses impressions par une harangue reprenant les vers de zoblazo, « on a gagné, on a gagné » repris en choeur par l’as­sistance. Dans son speech, IDI, après avoir remercié ceux qui ont oeuvré à sa réélection, déclare que par ces résultats, un démenti est apporté à ceux qui prévoyaient l’apocalypse pour le Tchad « Je suis réélu au premier tour comme vous l’avez annoncé, comme je lai dit », lance-t-il avant d’envoyer une fléchette à la société civile et certaines associations religieu­ses qui se sont permises de de­mander au secrétaire général de l’Onu l’invalidation des résultats du scrutin. « Ils oublient que le Tchad est laic et que moi, Idriss Déby, je ne m’amuse pas avec la souveraineté du Tchad ». En de­hors du chef de l’Etat sortant dont les services de communication, sûrs du résultat, ont préparé cette réaction à chaud, les autres can­didats donnent rendez-vous à partir de cet après-midi pour se prononcer sur les résultats provi­soires

Quelques heures plus tôt, c’est le président de la commission électorale nationale indé­pendante, Ahmat Mahamat Bâchir, qui s’est réjouit de « l’organi­sation de cette consulta­tion dans les délais lé­gaux malgré les appels tantôt au report; tantôt au boycott lancés par une frange de la société ci­vile et des partis politi­ques relayés par la presse dite indépendante, a permis d’éviter au Tchad notre pays de se retrouver dans un vide juridique aux consé­quences incalculables ». L’ambiance était plutôt décontractée dans la salle Tournai du Kempinski hôtel où se déroulait la proclama­tion des résultats devant quelques représentants des partis politiques, des diplomates, observateurs, jour­nalistes et quel­ques curieux. Après la procla­mation des résul­tats, département par département, le global affiche par ordre d’arri­vée: Idriss Déby Itno 77,53%; K a s s i r é Coumakoye: 8,81%, Pahimi Padacket: 5,35%, M a h a m a t Abdoulaye: 4,64 , I b r a h i m Koullamalah : 3,67. Ce qui illus­tre bien que malgré leurs déné­gations, ces chefs de partis po­litiques ont bel et bien accom­pagné le chef de l’Etat sortant.
A la lecture des résultats, on note que les taux de participa­tion les plus faibles sont ceux des Tchadiens de l’étranger (27,09%). Là on pourrait trouver comme explication, la rupture des relations diplomatiques avec le Soudan où se trouve une importante population électorale en plus du mot d’ordre de boy­cott
N’Djamena arrive en deuxième position sur la liste de frondeurs avec 38,72%. Dans la capitale, le taux de par­ticipation le plus élevé est au 1er arrondissement avec 51,53% et le plus bas au 7ème arrondisse­ment avec 25,15%.

Au Moyen Chari et dans le Lo­gone occidental où le président candidat s’est d’ailleurs person­nellement rendu pour battre cam­pagne, le taux de participation est resté en dessous de la moyenne 40, % au Moyen Chari et 47,65% pour le Logone occidental. Le contrat de confiance proposé par IDI n’a pas été accepté. Enfin, le Mayo Kebbi Ouest, le taux de par­ticipation est de 46,30%.

Si on tient compte des informa­tions parvenant des provinces qui rapportent que la plupart des ré­sultats ont été boostés, on com­prend que le taux de participation de 61, 49% est le fruit des efforts post scrutins.

II n’y a que dans les régions où le taux de participation est bas que le président de la République a réalisé des scores en deçà de 50%. En général, il a caracolé en tête, très loin devant ses challen­gers confirmant la caricature du confrère qui montre Idriss Déby sur un chameau face à des ad­versaires ayant enfourché, qui une tortue, qui un coq ou une chè­vre. Il n’y avait donc pas match.

Madjiasra Nako
N’DJAMENA BI-HEBDO N° 949 du 15 au 17 mai 2006


Commentaires sur facebook