La lassitude – N’DJAMENA BI-HEBDO N° 979 du 28 septembre 2006

rififi Rien de ce qui se passe sous les cieux du Tchad n’est de nature à rassurer ses citoyens. Tout le monde semble être gagné par la lassitude d’autant que dans un passé récent, les hommes politiques au pouvoir, ont suscité en eux des espoirs d’un changement. Hélas, ces espoirs ont tourné en désespoirs.

Le premier de ces désespoirs vient d’un président de la République, mal élu, contesté par l’opposition intérieure et l’opposition armée mais soutenu par les partenaires occidentaux.

L’investiture de ce président puis la reconduction du chef du gouvernement et de son équipe n’ont soulevé que l’enthousiasme des candidats accompagnateurs de Déby Itno à cette parodie d’élection présidentielle. En effet, rivalisant de messages, ces candidats accompagnateurs ont cru qu’il est de leur devoir de remercier Déby Itno pour un strapontin de fauteuil ministériel qu’il leur a gratifié et par conséquent le soutenir dans sa politique.

Le second espoir qui s’est envolé concerne le mono­logue politique qui a été organisé à la place d’un dialo­gue politique devant aboutir à une réconciliation natio­nale.

Sachant bien que la politique qu’il a menée depuis lors n’entraîne pas l’adhésion de la plupart des citoyens, Déby Itno a imaginé un stratagème pour créer une union sacrée autour de lui: rompre unilatéralement les conven­tions pétrolières au motif de non paiement d’impôts et permettre au Tchad d’entrer dans le consortium exploi­tant le pétrole tchadien au lieu des royalties qu’il perçoit. Séance tenante, il a mis sur pied une commission de renégociation de ces accords, laquelle commission est un fourre-tout dont la composition ne respecte même pas le principe de la séparation des pouvoirs. Par la suite, Déby a revu à la baisse ses prétentions et aujourd’hui, la mission de cette commission se résume en une réclama­tion du paiement des impôts aux sociétés pétrolières éjectées du consortium. Aussi, personne n’était dupe de la manoeuvre.

C’est dans ce contexte délétère que Déby a déclenché une guerre contre les opposants armés à l’Est du pays. Une guerre que la terminologie officielle présente comme une « opération de ratissage » effectuée lors de l’inspec­tion des troupes par le chef de l’Etat. Selon le gouverne­ment, cette opération vise à contenir et à empêcher les tentatives d’infiltration des bandes rebelles repoussées par le Soudan hors de son territoire! Ce n’est donc pas une guerre de positionnement. Soit, mais depuis son retour, le chef des armées n’a pas daigné présenter le bilan de son inspection aux citoyens. Ces citoyens ne sont peut-être pas dignes de connaître l’état de leur nation.

On le voit, les citoyens n’ont pas de raison d’espérer tant ils sont déçus et maintenus dans l’ignorance. Prions que la période de ramadan produise un déclic chez nos gouvernants pour qu’ils soient positifs.

La Rédaction
N’DJAMENA BI-HEBDO N° 979 du 28 septembre 2006


Commentaires sur facebook