Le MJE viole les représentations diplomatiques – Le Temps N° 476 du 26 avril 2006

Le ministère des Affaires Etrangères et de l’Intégration Africaine a publié un communiqué en date du 18 avril 2006 annonçant l’expulsion du Tchad de trois gros bonnets du Mouvement pour la Justice et l’Egalité (MJE). Il s’agit de messieurs Khalil Ibrahim, Bahar Idriss , Abou-Barda et Abakar Salim pour avoir occupé l’ambassade du Soudan au Tchad dans la matinée du 18 avril 2006.

« Ils ont abusé de l’hospitalité du Tchad par leur comportement inacceptable « , a indiqué le communiqué des autorités tchadiennes. En réalité, qu’est-ce qui a jeté une douche froide dans la relation entre le gouvernement du Tchad et les têtes de pont du MJE qui se servent de la capitale tchadienne pour mener leur lutte contre le régime de Khartoum? Selon des sources bien informées, des éléments du MJE, armés jusqu’aux dents, avaient assiégé la représentation diplomatique soudanaise à N’Djaména. Selon des témoins oculaires, les assaillants du MJE étaient à la recherche des téléphones Thuraya, du coffre-fort contenant 1’argent et des véhicules de l’ambassade.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est au moment où le gouvernement tchadien interpelle la communauté internationale à constater l’agression soudanaise par rebelles interposés que les éléments du MJE commettent leur coup tordu !
Après leur forfait à l’ambassade du Soudan, les assaillants ont eu l’outrecuidance de s’attaquer au service de sécurité et au personnel de l’ambassade d’Arabie Saoudite située non loin de celle du Soudan. Là-bas, ils ont proféré des menaces et insultes au personnel du royaume wahhabite. Selon des sources bien renseignées, les responsables de l’ambassade victime d’affront, ont adressé une lettre de protestation au ministère des affaires étrangères et de l’intégration africaine pour dénoncer cet acte de vandalisme digne d’une époque â jamais révolue. Pour mémoire, suite à la rupture des relations diplomatiques et économiques entre le Tchad et le Soudan décidée le 14 avril dernier par les autorités tchadiennes, c’est la Libye qui est désignée pour garantir les intérêts soudanais au Tchad. Pour cette raison, le pays du Guide de la révolution a planté son drapeau dans l’enceinte de l’ambassade du Soudan déserte. Signalons aussi que c’est la Libye qui avait assuré la protection et l’évacuation du personnel de la mission diplomatique soudanaise lors de son départ du Tchad. Puisque les régimes passent et les peuples restent, espérons vivement que les autorités tchadiennes et soudanaises fassent la paix pour le bonheur de ces deux peuples voisins et frères.

Abba Ngolo Moustapha
Le Temps N° 476 du 26 avril 2006


Commentaires sur facebook