Editorial: Entre le rationnel et l’irrationnel – Le Temps N° 478 du 10 au 16 mai 2006

Véritable démocratie asymétrique ! eh ! oui, aux fonds de leurs consciences, les Tchadiens, disons plus de 80 % des Tchadiens, ont discrètement honte. Honte d’un paradoxe, honte d’une contradiction qui mime leur existence, honte d’une peur bleue qui les habite. Honte d’une lâcheté viscérale, honte d’un manque de courage quand il s’agit seulement de lever le petit doigt pour dire Assez ! Assez de ces discours flagorneurs destinés à dérouter les consciences, Assez de ces discours partisans dont le seul but est de légitimer l’illégitime. Assez de ces démagogues profito-situationnistes, honte de, honte de…

Le changement souhaité de tout coeur par les Tchadiens ne saurait s’opérer dans le contexte politique actuel. Un contexte où la déraison sublime la raison, un contexte où l’irrationnel ombrage au rationnel.

L’histoire récente de notre pays en dit long. Sous l’implacable dictature de HH tous chantaient à l’unisson « UNIR ». Tous applaudissaient le « Lion » pendant que le peuple gémissait sous le poids d’une barbarie, avec en maître d’ouvrage la tristement célèbre police politique: la DDS. Aujourd’hui, sous IDI, l’on , semble être embarqué par le même scénario, un mouvement d’ensemble souvent très obscène, où très peu refuse de se donner au jeu.

Pourtant, pourtant, rien ne va, et cela, tous le savent et le disent souvent sous cape. Les ministres, les intellectuels, les notables qui entourent IDI et qui l’applaudissent pour tous ses actes, le savent et le disent avec beaucoup d’amertume à leurs proches au cour s de leurs causeries intimes. HH, IDI égale bonnet blanc, blanc bonnet. IDI sait-il seulement qu’il est entouré des griots au sens propre du terme, qui n’hésiteront pas un seul instant u crier Oyé ! dès qu’il sera chassé du pouvoir ? Soit!

Ce qui intrigue, c’est que malgré la déconfiture dans laquelle est plongé le pays, l’on finit de bien vivre, l’on donne l’impression de vivre une vraie démocratie. vivre une paix, une liberté…
Ainsi, la présidentielle du 3 mai, imposée an peuple qui, lui attendait voir le régime s’investir dans des oeuvres salvatrices telles le rétablissement de la sécurité, l’instauration de la paix et la justice sociale, la lutte contre la misère…

Cette présidentielle qui n’est que l’expression ridicule du recul de la démocratie amorcée chez nous. Cette présidentielle dont le résultat ne sera qu’un ad augusta per augusta (des résultats grandioses par des voies étroites), imposera contre les règles de la démocratie, contre l’alternance, le président IDI à un peuple fatigué d’un pouvoir impopulaire. Cela à coups des centaines de millions de nos francs puisés dans nos trésors publics, distribués à tour de bras à ceux qui acceptent de vendre leurs consciences pour d’éphémères jouissances au des postes qu’ils ne méritent d’ailleurs pas. D’ici quelques jours donc, IDI sera légitimé par l’illégitime et dans l’illégitime. Et toujours encore, ils (les Tchadiens), continueront à souffrir dans le silence pendant que, exécution sommaires, intimidations, vols à mains armées, humiliations rythment leur quotidien. Ainsi va le Tchad !

La Rédaction
Le Temps N° 478 du 10 au 16 mai 2006


Commentaires sur facebook