Goz Beida et Am Timan investis par des rebelles – L’Observateur N°395 du 25 octobre 2006

Alors que tous les analys­tes de la guerre qui sévit à l’Est du Tchad attendaient une recrudescence des hostilités dès la fin du Ramadan, une nouvelle formation regroupant les éléments goranes de Mahamat Nouri et arabes de Acheikh Ibni Oumar a lancé sa première offensi­ve à la veille de la fête.

La nouvelle a pris de court beaucoup de monde. La ville de Goz-Beida ainsi que la localité de Addé, dans le Dar Sila seraient tombées entre les mains des éléments de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD). C’était le 22 octobre dernier. Le len­demain, 23 octobre, jour de la fête de rama­dan, une autre colonne du même groupe a attaqué Am-Timan. Cette deuxième attaque est la plus révélatrice de la volonté des élé­ments de l’UFDD ainsi que sur leur capacité de mobilité. Après avoir attaqué deux locali­tés proches de la frontière soudanaise, ils frappent au centre du pays, un chef lieu de région et de surcroît une garnison militaire abritant la région du Guéra-Salamat du célè­bre Général Allifa Weddeï. Tout un symbole. La première bataille aurait commencé en fin de matinée. Les rebelles auraient lancé deux attaques quasi simultanées. C’est Goz-Beida qui été attaquée en premier lieu. Pendant que les forces loyalistes stationnées dans cette localité ont essayé de faire un mouve­ment vers Goz-Beida, elles sont prises sous le feu des assaillants.

Le gouvernement a affirmé avoir repoussé les rebelles, avant de se dédire devant l’évidence. Alors, se seraient-ils repliés volontairement ou après une contre offensive gouvernementale? Acheikh Ibni Oumar, le vice-président de l’UFDD soutient que ses éléments se sont repliés volontairement alors que le porte-parole du Gouvernement, Hourmadji Moussa Doumgor, soutient le contraire. Mais, après l’offensive sur Am-Timan, le gouvernement et les rebelles ont trouvé un terrain d’entente (sic!). Les rebelles se seraient ­ repliés d’eux-mêmes. En tout état de cause, le mouvement des avions militaires et des colonnes de véhicu­les lourdement armées, visible à N’Djaména, confirme l’intensité de la bataille du dimanche et du lundi derniers. Le jour de la fête du Ramadan, presque tous les militaires se sont; présentés dans les mosquées en treillis.

D’autres étaient en route pour l’Est. Selon des informations recueillies du front Est,  » nous nous attendions certainement à une attaque. Nous savions que les rebelles allaient faire une action d’éclat mais nous ne savions pas par où ils allaient commencer. Cela nous a tellement agacé « confie un responsable de l’Armée Nationale Tchadienne. Des rumeurs persistantes font état de rafles dans certains quartiers de N’Djaména. Selon une source militaire, l’ar­mée nationale doit se rédéployer sur l’en­semble de la bande frontalière afin d’être tou­jours prête à intervenir dans n’importe quel coin de la zone de conflits. Une chose qui n’est pas aisée. Et, l’ancien ministre des Armées, Mahamat Nouri, le sait bien. Il serait rejoint par la majorité de ses frères Anakaza ulcérés par les derniers affrontements de Faya.

Avec l’offensive de dimanche et lundi der­niers, l’UFDD qui regroupe l’Union des Forces Patriotiques pour la Démocratie (UFPD) du Général de division, Mahamat Nouri, ancien bras droit de Hissein Habré, le Conseil Démocratique Révolutionnaire (CDR), de Acheikh Ibni Oumar ainsi qu’une aile du FUC,dirigée par Abdelwahit About Mackaye, est portée sur les fonts baptis­maux. Le tandem Nouri-Ibni Oumar rappelle la fin de règne de Habré. Il faut aussi rappe­ler qu’Acheikh Ibni Oumar était le dernier ministre des Affaires Etrangères de Hissein Habré. C’est pourquoi, selon certaines sour­ces, Hissein Habré serait derrière ce mouve­ment qui est présidé par son ancien bras droit.

En tout état de cause, malgré les dénéga­tions officielles, du porte-parole du Gouvernement, Hourmadji Moussa Doumgor, les choses semblent être prises trop au sérieux à N’Djaména. A preuve, les mouvements des troupes, des blindés lourds qui ne sont pas habituels. Il va sans dire que les jours à venir seront décisifs. Surtout que les RAFDT des jumeaux Erdimi ainsi que leur coalisé, Aldjinédi, risquent d’entrer dans la danse.

A.S.
L’Observateur N°395 du 25 octobre 2006


Commentaires sur facebook