Présidentielle du 3 mai 2006: Les tendances du vote rassurent le MPS – Le Progrès N° 1954 du 5 mai 2006

ProgL’air calme et très décontracté, lunettes claires, vêtu d’un costume noir, Mahamat Hissène, secrétaire général du MPS, donne une conférence de presse, au siège de son parti, 24 heures après le déroulement de la présidentielle du 3 mai 106. Face à la presse nationale et internationale, ce jeudi, il confirme, sans ambages, que le scrutin du mercredi 3 mai s’est déroulé dans le calme, sans aucun incident sur l’ensemble du territoire national. Répondant à une question au sujet du dialogue avec l’opposition, M. Mahamat Hissène précise que, celà est toujours maintenu au sein du MPS.

«Le dialogue se fait au jour le jour avec les partis politiques et les politico- militaires. Chaque jour que Dieu fait, des personnalités politiques civiles et militaires rentrent dans la légalité», explique-t-il. Le secrétaire général du Mouvement Patriotique du Salut (MPS), M. Mahamat Hissène, sans préciser des chiffres précis que MPS n’avancera aucun chiffre avant ceux de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).«Le MPS avancera ses chiffres si, après, ceux avancés par la CENI ne le convainquent pas», souligne-t-il, prudemment, aux journalistes. Il rétorque à l’allégation que le MPS a préparé les esprits pour accepter, à l’avance, les résultats de la présidentielle. «Pourquoi voir tout ce que le MPS fait en négatif et pourquoi ne pas en faire autant avec les autres partis politiques ?» se demande le directeur national de campagne du candidat Idriss Déby Itno.

Selon lui, les chefs de partis politiques ne sont pas des électeurs sur lesquels le MPS va compter. Car, c’est le peuple qui donne sa confiance au MPS, qui va légitimer le candidat du MPS. Par rapport au taux de participation que des journalistes estiment très bas, Mahamat Hissène répond simplement qu’il ne faut ts que les gens pensent que la ville de N’Djaména constitue une majorité des Tchadiens. Il ne faut pas, conseille-t-il, prendre une partie de la population et en faire une règle. Si le MPS gagne la présidentielle, acceptera-t-il un gouvernement d’union? Le secrétaire général du MPS annonce que, son parti n’a jamais exclu personne. «La sélection des partis pour un gouvernement d’union n’est pas finie. Mais, il ne faut pas que le partage soit une conditionnalité. Ce ne serait pas la démocratie si on doit faire tout le temps un gouvernement d’union, où les gens partiraient et reviendraient», déclare M. Mahamat Hissène. Par rapport à la déclaration d’un autre candidat à la présidentielle du 3 mai 2006, M. Nouradine Delwa Kassiré Coumakoye, indiquant que le MPS a interdit à ses militants de voter à Béïnamar, M .Mahamat Hissène répond : «ce sont des accusations pour justifier une défaite. »

A.M.N. et G.N. S.N.
Le Progrès N° 1954 du 5 mai 2006


Commentaires sur facebook