Election présidentielle du 3 mai 2006: Les observateurs notent une affluence – Le Progrès N° 1955 du 8 mai 2006

obs Depuis le jeudi 4 mai dernier, les votes du scrutin présidentiel du 3 mai dernier sont en train d’être recensés et, les résultats, centralisés, à la Commission Nationale Indépendante (CENI), à N’Djaména. Selon le chronogramme de l’élection, le 14 mai prochain, les résultats provisoires seront proclamés par la CENI. Après les avoir examinés, le Conseil constitutionnel donnera sa décision finale le 28 mai 2006. Si un candidat obtient la majorité absolue, il sera déclaré définitivement élu président de la République, dès le premier tour. Si ce n’est pas le cas, le même processus que pour le premier tour sera repris pour un second tour, afin de départager les deux premiers candidats. Dans ce cas, la décision finale du Conseil constitutionneL interviendra le 2 juillet prochain, pour déclarer l’élu.

Ils apprécient le scrutin

Pour l’instant, nonobstant quelques mineures insuffisances d’ordre organisationnel, le premier tour de l’élection présidentielle du 3 mai 2006, a été libre, transparent et équitable. Le scrutin du 3 mai 2006 s’est déroulé, globalement, conformément au Code électoral, et répond aux critères et principes universellement admis en matière d’élection. Les observateurs internationaux et nationaux apprécient ainsi le scrutin présidentiel du 3 mai dernier au cours de deux déclarations, en date du 5 mai 20013, à l’hôtel Novotel La Tchadienne et au Méridien Chari. Le scrutin s’est déroulé sans incident, dans le calme et la sérénité sur l’ensemble du territoire national, soulignent les observateurs.

D’après les observateurs internationaux, dans la plupart des bureaux de vote qu’ils ont visités, il a été constaté une forte participation de l’électorat. Selon les observateurs nationaux, la forte participation des électeurs a été observée dans les provinces. Mais, dans la ville de N’Djaména, il n’y a pas eu d’engouement des électeurs dans certains bureaux de vote.

Renforcer la formation des membres

Les isoloirs dans bons nombres de bureaux sont inadéquats. La non-maîtrise des opérations de vote par certains électeurs a favorisé un taux important de bulletins nuls. Les manquements relevés ne sont pas de nature à mettre en cause le scrutin présidentiel. Toutefois, dans le souci d’améliorer les opérations électorales futures, les observateurs, tant internationaux que nationaux, recommandent le renforcement de la formation des membres des bureaux de vote sur la maîtrise du processus électoral et la formation civique de l’électorat. Ils suggèrent la clôture du vote des nomades avant le début du vote des sédentaires.

Faire prévaloir le dialogue et la concertation

En outre, les observateurs internationaux lancent un appel au peuple tchadien, à la classe politique et à la société civile de privilégier le dialogue et la concertation dans l’intérêt supérieur de la nation.

Les 81 observateurs internationaux, qui on procédé à l’observation du déroulement des opérations électorales, proviennent de l’Union africaine et de 19 organisations non gouvernementales africaines. Trois plates-formes d’organisations nationales de la société civile du Tchad, accréditées par la CENI, ont déployé 924 observateurs. Il s’agit de la Coordination Générale des Associations de la Société Civile pour l’Observation des Elections au Tchad (CGASCOET), de la Coordination des Associations de la Société Civile et de Défense des Droits de l’Homme (CASCIDHO), et la Coordination Générale des Observateurs Nationaux pour les Elections au Tchad (COGONET).

A.G.K
Le Progrès N° 1955 du 8 mai 2006


Commentaires sur facebook