Le reliquat de l’organisation de la présidentielle enfonce deux responsables : Deux financiers de la CENI sont arrêtés – Le Progrès N°2075

Le reliquat de l’organisation de la présidentielle enfonce deux responsables : Deux financiers de la CENI sont arrêtés
Depuis plus d’une semaine déjà, la trésorière de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), pour l’organisation de l’élection présidentielle du mois de mai dernier, Mme Mariam Attahir Maïntha, et le Comptable, M. Nohou Outhman Issa, sont arrêtés par l’Agence Nationale de la Sécurité (ANS). Il leur est reproché d’avoir utilisé, «abusivement et à d’autres fins», l’argent destiné à l’organisa­tion de la dernière présidentiel­le.

Sur les 5 milliards Fcfa budget général reçu par la CENI pour toutes ses transac­tions, un trou de 130 millions Fcfa a été constaté dans le compte de la CENI logé à la Société Générale Tchadienne de Banque (SGTB). Ces Ces arrestations n’ont rien à voir avec la mission du ministère Contrôle d’Etat et de la Moralisation, comme le pensent certains. Car, la mission ne les a pas encore écoutés, répond un cadre du ministère Contrôle Général d’Etat et de la Moralisation. Selon un fonctionnaire, ces arres­tations font suite à une organisation interne de la CENI. D’après lui, arrivée en fin de son man­dat (trois mois environ), la CENI a désigné une équipe pour gérer les affaires courantes. C’est ainsi que l’ordonnateur principal de la CENI, en l’occurrence son prési­dent, M. Ahmat Mahamat Bachir, actuel ministre de l’Administration du Territoire, a demandé que cette équipe soit rémunérée pour ses prestations de service sur le montant de 130 millions Fcfa devant res­ter du budget. La tréso­rière a, selon la même source, demandé au gestionnaire de la SGTB de mettre à la disposition de la CENI les 130 mil­lions Fcfa restants dans son compte. Grande a été sa surprise de s’en­tendre dire par le ges­tionnaire, qu’au contrai­re, le compte de la CENI est débité de 150 000 Fcfa.

Le gestionnaire ne pourrait donc pas leur donner les 130 millions Fcfa demandés. L’on indique que, est en ce moment que la trésorière, qui détient toutes les souches des chèques, par rapport aux marchés et contrats, a demandé que les pointages des relevés soient faits. Plusieurs malversations ont été après le pointage, constatées dans les retraits de sommes d’argent à la SGTB. Il a été constaté, par exemple, qu’au lieu de retirer 4 millions Fcfa, c’est plutôt 34 millions Fcfa qui ont été retirés de la SGTB. Sur un autre chèque, au lieu 18 millions Fcfa, c’est 118 millions Fcfa qui ont été soutirés au préjudice de la CENI. «Le retrait des 130 millions Fcfa doit être opéré en complicité avec certains agents de la SGTB. Car, le chèque a été émis, mais c’est 13 jours plus tard que l’argent a été encaissé», relève un haut cadre.

D’après une autre source, émanant de la CENI, après l’inventaire des biens des deux responsables de la CENI incarcérés, les agents de l’ANS ont découvert que, M. Nohou Outhman Issa dispose d’une concession en Côte-d’Ivoire et détient 40 mil­lions Fcfa dans son compte bancaire. Quant à Mme Mariam Attahir Maïntha, son compte bancaire est crédité de 16 millions Fcfa. Mais, les transactions de son compte sont énormes. Elles s’élèvent à plus de 200 millions Fcfa. On lui aurait demandé de les justifier. Et, elle l’aurait fait, selon la même source.


G.N.S.N.
Le Progrès N°2075 du 27 octobre 2006


Commentaires sur facebook