Garondé Djarma rend hommage à Moussa – Le Progrès N° 2077 du 31 octobre 2006

Moussa Sougui Jamais au sein, du FROLINAT un homme n’a autant participé à des combats que le camarade Moussa Sougui. A Faya Largeau, en janvier et février, à Jallal, le 19 avril 1978… C’est lui qui a dirigé les combats, en mars 1979, avec sa colonne. Il a pris part aux affrontements, à Eré, dans le Mayo Kebbi. Moussa a été à la pointe de combat. Pendant la «guerre de neuf mois», Moussa Sougui a fait ses preuves d’héroïsme. Aux combats da Bir-Goz, et de Massaguet du 5 juin 1982, il a dirigé les hostilités. Après notre débandade de la capitale du 7 juin 1982, Moussa Sougui a dirigé les combats de Yarda, de Bouddo. Le 27 mars 1987, de Faya Largeau, c’est lui qui, par son courage mâle, a escorté, en Libye avec ses éléments, les forces libyennes, démoralisées après la chute de Ouaddi-Doum, le 23 mars 1987.

Bref, les camarades Moussa Sougui et Allatchi Djiréï; tous deux des grands baroudeurs, sont tombés, glo­rieusement et paisiblement, au champ d’honneur, pour, défendre nos limites géographiques contre nos voi­sins gênants de l’Est: Leurs noms seront inscrits en lettres d’or au palmarès des héros de l’histoire, au même titre que Hassan Djamous, le héros national.

Le Progrès N° 2077 du 31 octobre 2006


Commentaires sur facebook