Le Tchad de Deby : un pays où les voleurs de l’Etat sont plus rémunérés que les autres.

Comment peut-on imaginer qu’une assemblée nationale d’un pays arrive à faire gracier des personnes poursuivies par la justice pour détournements des deniers publics ? Quelles moquerie et insulte pour le peuple tchadien ? Et quelle impunité ? Sont-elles des citoyens de haut rang ? Hélas tout est possible sous le règne de Deby, ce sont là les questions que se posent les tchadiens.

En date du 23 Avril, l’Assemblée Nationale a rejeté le rapport sur les dossiers de mise en accusation de cinq anciens Ministres pour vice de procédure et inadéquation des textes. Il s’agit de Mahamat Ali Abdallah Nassour (ancien Ministre de la Sécurité Publique), Mahamat Zène Bada (ancien Ministre de l’Administration du Territoire), Adoum Diar, Mahamat Abdoulaye et Mahamat Allamine Bourma Trèye (anciens Ministres de l’Elevage) selon les informations recueillies par le site de la présidence de la république.

Une semaine après le rejet du dossier, un des accusés se voit attribuer le poste de maire de N’djaména. Quelle promotion ou rémunération ? Donc on encourage le voleur de voler plus qu’il peut. Et pourtant on lui reprochait d’avoir détourné une somme de deux milliards fcfa avec preuve à l’appuie. Alors le vol est rendu légal et institutionnalisé par l’Assemblée. Prochainement qui aura peur de détourner les biens publics ou le tort reviendra à ceux qui détourneront peu ou pas du tout.

Quelle confusion du pouvoir législatif avec le judiciaire? C’est une première au monde qu’une assemblée qui est censée être aux services des citoyens, protége des simples individus en mettant en cause l’intérêt public. Il existe au Tchad des choses qui ne sont nulle part ailleurs, en plus du désordre dans l’armée nationale ; des jeunes colonels ou des généraux analphabètes. L’administration publique est dirigée par des voleurs et des médiocres de la société. Quel drôle de pays où les

interdits deviennent des non-interdits, l’illogique devient logique et l’impossible devient possible ? C’est vraiment le « no man’s land ».

Deby ne sème t-il pas des paradoxes et des confusions dans le fonctionnement de ses propres institutions ? Des enquêtes faites par le ministère de contrôle d’Etat ont révélé bel et bien que des importantes sommes ont été détournées par ces personnes. Pourquoi pas fermer ce ministère fantôme si les fruits de son travail ne servent à rien car il constitue une dépense inutile pour l’Etat. Sous quelle morale le médiocre ministre continue d’assumer ses fonctions ?

La voix du citoyen
idrisshassan2000@hotmail.com


Commentaires sur facebook