Vers une marche victorieuse de la résistance

A cette étape de la marche de la résistance, une unité de vue et de jugement portées à un haut degré de tous les dirigeants des différents organes s’impose.

Il serait facile de croire que, parce que les masses sympathisent avec les actions armées de la résistance, il est possible d’organiser les masses par ces mêmes actions. Une résistance victorieuse a impérativement besoin d’une convergence d’objectifs politiques de tous ses membres ou du moins d’une grande majorité. Ce qui renforcera les capacités de la résistance, c’est une véritable recomposition de l’unité politique des différents mouvements qui nécessitera toute une série d’expériences nouvelles et communes en rupture avec les logiques claniques.

Ne marginalisons pas les aspirations à l’unité politique et à la convergence des objectifs. Œuvrons collectivement à créer les conditions d’une résistance nationale victorieuse. Après 16 ans d’interminables oppressions sous le général Idriss Deby Itno(IDI) soutenu par l’armée française, il devient nécessaire pour les tchadiens de développer la culture de la résistance. Un tchadien doit ressentir de l’angoisse quand IDI assassinent directement ou indirectement d’autres tchadiens.

Tout affront au bonheur et à la dignité des tchadiens est un affront pour tous ceux qui résistent et combattent IDI actuellement. La résistance nationale, porteuse de drapeau de liberté, est la continuation par les armes d’un conflit qui est avant tout politique. L’actuelle configuration des forces de la résistance est efficace dans une perspective de victoire. Il serait imprudent, c’est mon opinion personnelle, de centraliser toutes les opérations militaires de la résistance.

La résistance doit s’affranchir des règles de la guerre classique, en s’adaptant au différentiel considérable de puissance existant entre ses propres ressources et celles de Deby Itno. Pour cela, il faudrait davantage coordonner les opérations militaires et les centraliser le moins possible pour n’offrir aucune occasion de livrer bataille, du moins à court terme, dans un style conventionnel des grandes armées. C’est une stratégie qui implique le développement d’une grande capacité de rapidité d’action, de la capacité à se disperser et à se concentrer rapidement. Je veux dire que la puissance du piège et l’imprévisibilité est un véritable atout dans une coordination militaire décentralisée. Démolissons les mercenaires de Deby Itno. Il est vrai que lorsqu’on tue la tête, le corps s’écroule. C’est aussi vrai que lorsqu’on détruit le corps, la tête entre dans une lente agonie et meurt. Décapitons la dictature et l’oppression pour faire place à la liberté, au droit et à la justice.

Par ailleurs, les ou certains candidats potentiels aux élections présidentielles en France sont entrain de faire le tour des dictateurs africains pour récolter l’argent des campagnes. En retour, ils offrent aux présidents criminels la garantie solide de soutenir leurs règnes. Le chuchotement d’une ouverture politique élargie au Tchad n’est qu’une diversion. Les dirigeants français savent qu’il n’est pas dans la culture des africains de résister longtemps. Lorsqu’on fouette une fois un africain, il a peur et se calme. Sûrement, disent-ils, un autre fouet « de semonce » dissuadera tous ceux qui voudront s’approcher de Ndjamena. L’armée française nous dit : « Un coup de fouet en RCA et tout le monde se calme. » Le message de la police africaine (comprenez armée française) est clair.

Au Tchad, cette police africaine renforce sa présence armée et présente ses mirages. Elle nous transmet le message des colons : « Regardez les fouets si vous vous agitez. » Lorsqu’on fouette un africain, il se calme car Il a peur de mourir. Faites manger à un africain de la merde avec les chiens. Il s’en contentera et glorifiera Dieu tant que le ventre est plein. Adjab! Mais cette fois, la France s’est trompée dans sa lecture des traits de caractères des africains de la nouvelle génération et en particulier des tchadiens. La détermination de la résistance nationale tchadienne de porter le drapeau de la liberté est sans faille. Garantie ou pas au dictateur, diversion ou non, nous vaincrons par la volonté, la détermination et le sacrifice. L’armée française peut continuer à brandir ses fouets et multipliez ses manœuvres d’intimidation. Nous ne serons pas impressionnés. Nous avons un objectif conscient d’arracher notre liberté véritable et notre autonomie!!

Le Gars de Mandoul
legarsdemandoul@yahoo.fr


Commentaires sur facebook