Bilan après le ralliement de Mahamat Nour Abdelkerim

Logé dans la somptueuse villa de Mocktar Mehidi, appuyé par une forte colonne de soldats, dormant sur des matelas de francs Cfa, le capitaine Mahamat Nour a une tête bien bouillante qui lui laisse croire que l’avenir est acquis. Mais avec Deby les carottes sont toujours sur le feu.

Mahamat Nour Abdelkerim a fait six mois après son ralliement au régime de N’Djamena, le pari lancé par les parties d’opposition à été tenu vaille que vaille. Mais au prix de quoi ? Pour tenir ce pari, d’énormes sacrifices financiers et humains sont consenties par les deux parties, Mahamat Nour et son patron Deby Itno. D’abord il y avait la nécessité d’endormir les lieutenants de Mahamat nour à l’aide des frics trébuchants, chose qui a été faite par les deux « petrodollar-men » Deby et Khadafi. Ensuite il y avait la nécessité de trouver une forme de vengeance sur les populations du BET qui avaient des problèmes de cohabitation avec les Tama.

Là, Deby a trouvé intéressant de lancer les éléments de Mahamat Nour, ennemies d’hier, sur les ennemies d’aujourd’hui (surtout Gorane et Zaghawa). Les affrontements intercommunautaires et les déplacements de populations s’accentuaient au prix des centaines de mort mais Deby prend la forme d’un arbitre qui ne siffle pas les fautes. Même la famille du feu Général Abakar Youssouf Itno a été terrorisée par les éléments de Mahamat Nour mais c’est le silence qui s’en est suivi. Ce jeune General ne savait pas que Deby n’a pas de sentiments parentaux envers les Itno. Ces éléments de Nour participent aux combats intercommunautaires pendant que les éléments Gorano-Zaghawa de Deby observent la neutralité absolue, car Deby l’exige. La politique est simple puisqu’elle consiste à créer une profonde haine entre ces populations pour l’exploiter plus tard, car à l’avenir quand la cible sera Mahamat Nour, il sera très facile de lancer les Gorano-Zaghawa de la GR et de l’ANT sur les Tama. C’est la politique utilisée par Deby depuis 1990.

Par ailleurs, tout homme Tama est obligé de porter la tenue militaire. Pour la cause, des services parallèles sont créés par Mahamat Nour et son patron pour enrôler dans l’armée les Tama qui seraient cachés dans des grottes pour s’occuper de l’agriculture ou de l’élevage. Mais les deux hommes ont deux visions opposées, Deby voulant créer une armée pléthorique pour contrer les rebelles alors que Mahamat Nour voulait se solidifier militairement. Pire encore Mahamat Nour instruit les payeurs de l’armée qu’il y a 8500 gendarmes Tama et 13000 soldats Tama de l’ANT à payer, plus que l’effectif officiel de l’ANT. Peut on imaginer un rebelle rallié avec 1600 soldats avoir la latitude de rassembler 21500 soldats dans six mois ? Ca pourrait être vrai parce que Deby lui a donné carte blanche pour recruter sans limite, mais c’était au temps où l’UFDD, le RFC et le CNT sillonnaient le Ouaddaï Géographique. Maintenant que faut-il faire de ces soldats budgétivores et qui constituent aussi un grand danger au régime ? La solution étant de trouver un alibi pour effriter l’équipe de Nour, ce dernier demeure vigilant jour et nuit, et tisse des relations avec les plus proches de Deby tels que Mahamat Ismael Chaibo, Mahamat Ali Abdallah, et bien des politiciens de l’ère MPS.

En conclusion il y a lieu d’imaginer une confrontation Nour et alliés contre Deby.
Puisqu’il y aura sans doute le duel Nour-Deby, les tchadiens seront un jour réveillé par des détonations de canons.

Abderahmane Ahmat


Commentaires sur facebook