La nièce d’un des Français détenus dénonce les mensonges de l’association – Le Figaro

Selon Anne-Sophie Lagniel, son oncle, écroué au Tchad, a été abusé par l’association.

« MON ONCLE s’est fait berner comme les autres ! » Contactée par Le Figaro, Anne-Sophie Lagniel, nièce de Dominique Aubry, le sapeur-pompier narbonnais écroué au Tchad, est ulcérée. Selon elle, les neuf inculpés français ne portent pas la même responsabilité. « Il y a les organisateurs de l’opération et les autres qui, comme mon oncle, se sont fait avoir. On leur a fait croire qu’il s’agissait d’une mission bien cadrée, officielle et parrainée par Cécilia Sarkozy », assure cette jeune femme de 28 ans.


C’est ainsi que Dominique Aubry, ancien militaire de l’armée de l’air de 50 ans, aurait accepté de se lancer. Fin août, selon Anne-Sophie Lagniel, il avait été contacté par des membres de l’Arche de Zoé, qu’il avait rencontrés trois ans plus tôt, en Asie du Sud-Est, après le tsunami. « Dans le cadre d’une mission organisée par Pompiers sans frontières, Dominique était parti secourir les victimes du raz-de-marée géant et s’était chargé de l’approvisionnement en eau potable », explique Anne-Sophie Lagniel.


C’est pour ses compétences en logistique que L’Arche de Zoé aurait fait appel à lui. « On lui a dit qu’il s’agissait d’organiser un camp au Tchad pour soigner les enfants sur place. Et rien d’autre. Il n’a jamais été question d’adoption. Même s’il n’est pas membre de l’association, il s’est laissé convaincre », précise la jeune femme.


« Il a dit qu’il était bien traité »


Le 16 septembre, Dominique Aubry est alors parti pour le Tchad. « En tant qu’ancien militaire, il nous a habitués aux missions à l’étranger. D’ailleurs, comme il ne m’avait pas indiqué avec quelle organisation il partait, je pensais qu’il s’agissait à nouveau de Pompiers sans frontières », poursuit la jeune femme, décidée à tirer d’affaire son oncle.


« Il s’est fait avoir par l’association et il serait temps que le gouvernement français se donne les moyens de savoir ce qui s’est passé », dit-elle, en espérant que tout sera mis en oeuvre pour libérer les Français. « Ma grand-mère a réussi à joindre par téléphone Dominique. Difficile de savoir comment il va car il semble avoir récité un texte qu’on lui avait dicté. Il a donc dit qu’il était bien traité et qu’il ne fallait pas prendre d’avocat », dit-elle en se souvenant de certaines paroles de son oncle avant de partir au Tchad. « Comme, selon lui, la mission était parrainée par Cécilia Sarkozy, il m’avait dit :»tu verras, on parlera de notre mission*… »


Commentaires sur facebook