Ce qui se passe aux alentours du Tchad : Peut-il être bénéfique pour la paix?

Pour longtemps, la situation au Tchad fut occultée par la crise du Darfour. Ces jours-ci, bien que le Secrétaire Général des Nations Unies soit dans la région pour, une fois de plus, parler de la crise de cette région occidentale du Soudan, il est permis de penser que le bourbier tchadien bénéficiera aussi de son attention.

A condition, évidemment, que la grande presse internationale qui suit le Secrétaire Général des Nations Unies partout dans ses déplacements veuille bien ouvrir les yeux pour bien regarder. Il va sans dire qu’une telle médiatisation ne pourrait que contribuer à la recherche de solutions à la crise tchadienne. Ceci dit, voyons un peu ce qui se passe en ce moment:

Le Secrétaire General des Nations Unies est au Soudan pour la cause, bien entendue, du Darfour. Il est, sans conteste, au courant de la situation humanitaire catastrophique à l’Est du Tchad, conséquence de la crise qui mine ce pays, bien qu’occultée par celle de plus grande ampleur, du Darfour. On note que M. Ban Ki-moon, au cours de son séjour au Tchad, s’est réjoui de la disponibilité du Président Deby à jouer un rôle significatif dans le bourbier soudano-tchadien. Il ressort aussi que M. Ban Ki-moon se rendra également en Libye. Nous savons que le Chef de la Révolution d’al Fateh, qui joue depuis quelque temps le médiateur tant au Soudan qu’au Tchad, ne manquera pas de lui signaler qu’il gère ces deux problèmes soudanais et tchadien.

Bien que l’initiative de paix pilotée par le Chef de la Révolution d’al Fateh au sujet du Tchad paraissait quelque peu bloquée, elle semble avoir pris une nouvelle poussée ces jours-ci puisque l’on parle de la signature prochaine d’un accord entre le Président Deby et quatre des mouvements politico-militaires tchadiens. Selon les dernières informations en effet, les présidents el Bachir et Deby se rendront en Libye pour la finalisation de ces accords. Les jours qui suivent seront riches en enseignements.

Par ailleurs, le Docteur Albissaty Saleh Allazam, l’un des leaders politico-militaires est aussi au Sénégal. Rappelons que c’est la deuxième fois qu’il se rend au Sénégal. Bien que les motifs de sa visite ne soient pas encore explicités, il est tout à fait raisonnable d’imaginer qu’elle s’inscrit bien dans le cadre de la recherche de la paix. Signalons que le Docteur Albissaty était déjà passé à Dakar où il avait donné une conférence de presse relative au problème tchadien dans les derniers mois de 2006. Il faut dire que le Président Wade fut parmi les premiers chefs d’Etats africains à s’intéresser au problème tchadien. De nombreuses correspondances furent échangées dans ce sens à partir du mois de décembre 2006 entre le Président Abdoulaye Wade et M. Favitsou Boulandi, président du Comité Provisoire d’Actions et de Stratégies (COMPAS).

La médiation dans des conflits aussi complexes que ceux du Tchad et du Soudan étant l’art de la synthèse et de la négociation, l’avocat chevronné qu’est Abdoulaye Wade pourrait grandement aider à la résolution de ces conflits, surtout celui du Tchad. C’est dire qu’aucune initiative n’est de trop et que si le Président Wade pouvait reprendre avec son initiative de recherche de la paix au Tchad, de bonnes choses pourraient se faire à ce niveau surtout si elle s’inscrit dans le cadre des discussions en cours. Ne dit-on pas que deux têtes, et dans le cas d’espèces, trois têtes valent mieux qu’une !

Bien évidemment, les tchadiens ne peuvent que manifester leur reconnaissance à tous ceux qui s’intéressent à leur sort. C’est le lieu de saluer les efforts du Président Omar Bongo Ondimba du Gabon, du Guide de la Révolution d’al Fateh de la Libye, de l’Union Européenne, et du Président Abdoulaye Wade du Sénégal.

Dr Djimé Adoum


Commentaires sur facebook