Tchad : Non à la Pratique Esclavagiste de Vente d’Enfants.

Hassane Mayo Abakaka Les autorités politiques françaises ont toujours soutenu en Afrique noire, des régimes anti démocratiques avec des dirigeants impopulaires qui défendent surtout les intérêts économiques et stratégiques de la France, tout en plongeant leurs Etats et populations dans la misère et la détresse totale. La Diplomatie française pilotée par le Quai d’Orsay et appuyée par les officiels de Matignon et de l’Elysée, accepte malheureusement les orientations fournies par les Généraux placés à la tête des Bases militaires françaises installées en Afrique.

Appuyant cette stratégie classique de domination issue de l’ancienne logique de la période coloniale, la France persiste encore au 21ème siècle, à vouloir maintenir au Tchad un régime dictatorial dirigé, par un militaire qui ne privilégie que ses parents au détriment de la majorité des Tchadiens, tout en instaurant le désordre sur le plan politique et militaire sur l’ensemble du pays.

Au niveau politique, tous les efforts entrepris par les Tchadiens et les partenaires du Tchad sont torpillés par une volonté manifeste du président Deby et ses protecteurs, afin de maintenir le pays dans l’instabilité permanente et de profiter de ses ressources financières, sous prétexte de rétablir l’ordre et la sécurité sur l’ensemble d’un territoire qu’il ne contrôle pas. Les Accords de réconciliation nationale transformés en intrigues politiques dilatoires sont utilisés pour tromper les populations tchadiennes et faire endormir la Communauté internationale. Ainsi les multiples Accords signés sont rarement appliqués, ni suivis des engagements et décisions concrètes pouvant rassurer les signataires et restaurer la paix et la stabilité dans le pays. Des provocations politiques diverses entraînent des affrontements armés et de pertes inutiles de vie humaines.

Sur le plan militaire, c’est un chaos indescriptible. L’Armée nationale tchadienne dans sa composante et son organisation n’existe que sous forme de bandes armées dirigées par de Chefs de guerre clanique. Fondée sur son entourage immédiat, cette Armée est parfois élargie à quelques adeptes de sa zone géographique. En fait, elle n’existe que de nom car telle qu’elle se présente, les Tchadiens n’en veulent plus. Souvent, c’est l’Armée française qui la supplée discrètement avec ses « tirs de semence » pour contrer l’avancée des forces patriotiques et rebelles. Même après l’adoption d’Accords de réconciliation nationale signés avec les Opposants armés, les Forces françaises basées à N’Djamena, n’acceptent pas que des éléments des forces rebelles réintègrent réellement l’Armée nationale pour changer sa configuration clanico-ethnique. L’existence d’une Armée Nationale crédible rendrait certainement inutile leur mission occulte et leur présence au Tchad.

C’est pourquoi, on encourage le président Idriss Deby à détruire la valeur de l’Armée Nationale Tchadienne par l’octroie facile de grades de Colonels et Généraux et le recrutement forcé des enfants-soldats. Sans leur assurer une formation militaire sérieuse, on envoie ces pauvres enfants innocents soit disant pour traquer les officiers militaires en rébellion, mais en fait pour les pousser à la mort collective. Malgré cela, les stratèges de l’Opération Epervier gardent un silence absolu, tout comme les dirigeants politiques français ferment les yeux sur les activités criminelles de l’ONG, l’Arche de Zoé qui organise sous le couvert de l’Humanitaire et la complicité des certaines mafias européennes, la déportation des enfants tchadiens vers la France.

Le dispositif Epervier dont la présence au Tchad est justifiée par l’Accord de Coopération Technique signé en 1975, s’est permis d’appuyer cette Opération de l’ONG l’Arche de Zoé, en assurant le transport du personnel et du matériel à Abéché, dans cette région voisine du Darfour dont il supervise la surveillance aérienne? Les radars de l’Opération Epervier détectent vite l’avancée des rebelles tchadiens que l’arrivée d’un avion Boeing pirate pour l’embarquement d’une centaine des enfants tchadiens, habillés abusivement en uniforme de l’UNICEF ? Si cette Opération a réussi et dénoncée plus tard, veut-on la mettre sous la responsabilité de l’UNICEF pour discréditer les Nations Unies ?

La France qui s’agite aux Nations Unies, à vouloir piloter les Forces hybrides ONU/Union Africaines, s’affiche également à la Commission Européenne comme le meilleur Gendarme néo colonial, pour réaliser le déploiement de la force européenne (Eufor) à la frontière Est du Tchad. Alors comment les autorités françaises peuvent-elles fermer les yeux sur de telles pratiques de planification criminelle d’enlèvement et de vol d’enfants tchadiens victimes des conflits armés dans cette région voisine du Darfour?

Le régime actuel du Tchad dirigé par le président Idriss Deby est certes corrompu à plusieurs niveaux. Et malgré la main mise des Forces françaises sur la sécurité au Tchad, il y’a encore des Tchadiens qui gardent un peu de leur nationalisme et tiennent à la vie de nos enfants mineurs et innocents.

Le Tchad, malgré la présence de la Base militaire française, a toujours été maintenu depuis des décennies, dans le désordre politique, administratif et social. Ses populations sont laissées à la merci de la terreur des forces claniques. C’est pourquoi, aujourd’hui les Tchadiens ne veulent plus de la présence militaire française au Tchad, moins encore que les Forces internationales hybrides ONU/Union Africaines, soient sous la supervision des Officiers français qui n’ont fait que perdurer la domination des autocrates incapables à la tête du Tchad et faire obstruction à son développement économique et social.

Les Tchadiens ont suffisamment subi les pratiques injustes et dictatoriales des dirigeants qui leur sont imposés par la complicité des autorités politiques et militaires françaises. L’élite tchadienne d’aujourd’hui s’est formée dans plusieurs domaines à travers le monde. Ses préoccupations sont tournées vers l’avenir du Tchad et non sur son passé. C’est pourquoi, elle ne se sent pas liée par aucune attache découlant des stratégies néo coloniales.

A voir le comportement des responsables de l’ONG l’Arche de Zoé dans la déportation des Enfants tchadiens, il est important d’attirer l’attention des patriotes tchadiens. Si les autorités politiques et militaires françaises n’ont pas empêché le déclenchement de cette Opération, la France ne sauvera jamais la vie des Tchadiens victimes des conséquences du conflit du Darfour et des actes découlant du régime autoritaire du président Deby Itno qu’elle soutient. Alors, ce n’est pas la France, ni ses Forces, qui vont restaurer la paix et la stabilité politique réelle au Tchad. C’est plutôt aux Tchadiens de choisir l’option salvatrice pour leur peuple.

La base militaire française au Tchad fait office de service de renseignements du président Deby, mais elle sert aussi d’appareil de répression qui empêche les Tchadiens d’exprimer leur volonté populaire au régime politique de leur choix. Au delà de « ses coup de semence » l’Armée française a toujours sa main mise sur certains dirigeants tchadiens. C’est pourquoi, tout le pays est dans sa coupe, même en période électorale où elle assure le transport des urnes bourrées des bulletins falsifiés, afin de précipiter la proclamation des résultats des simulacres élections truquées. Au moment où l’ONU et l’Union Africaine se préparent à la supplanter dans cette sous région, elle se précipite à vouloir changer de casquette, tout en continuant sa mission traditionnelle de maintenir le Tchad dans la mauvaise gouvernance.

En revenant sur l’Opération de vol des 103 enfants tchadiens par l’ONG l’Arche de Zoé, les autorités politiques et judiciaires tchadiennes doivent démontrer leur capacité de défendre le droit de ces enfants innocents et victimes de la mafia européenne. Nous sommes convaincus que le président Deby ne pourra pas résister devant ses protecteurs politiques français, pour permettre au moins une fois dans l’Histoire, à la Justice tchadienne d’accomplir sa mission. Mais, quelle que soit la pression de certains responsables français ou de la Communauté internationale, tous les auteurs cette Opération, Français ou Espagnols ou Belges, Médecins, Journalistes et Membres de cette fameuse ONG abusivement qualifiée d’humanitaire et leurs complices tchadiens, doivent être traduits en justice et punis, pour empêcher dans l’avenir de tels actes criminels. A l’ère du Millenium, le trafic des enfants doit être sévèrement puni conformément aux lois en vigueur et aux principes universels de Droit. Il n’a pas de chantage contre ou au profit de qui conque et la Justice doit faire son travail. Il ne doit pas avoir non plus de négociations politiques, ni diplomatiques pour régler ces faits et actes criminels commis par des ressortissants européens qui connaissent bien la valeur de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

New York, le 28 Octobre 2007

Hassane Mayo Abakaka
hmayo2002@yahoo.com


Commentaires sur facebook