Une vie d’un tchadien ne vaut pas moins qu’une vie d’un français

Le peuple tchadien croule depuis 17 ans sous une dictature criminelle dirigée par le Général président Idriss Deby Itno. La France, parraine de ce régime sanguinaire, a cautionné toute la barbarie, les tortures, les extraditions illégales, les assassinats des opposants, le banditisme d’Etat (trafic de fausses monnaies, trafic de la drogue dure), les braquages des hommes d’affaires, la prostitution de luxe, les viols, …etc. et surtout au nom de la démocratie, les fraudes électorales et les détournements massifs des deniers publics.

Le président Jacques Chirac n’a-t-il pas dit qu’il n’y a pas au Tchad un homme autre que Idriss Deby Itno pour diriger ce pays ? C’est un secret de polichinelle, tous les rapports officiels transmis au président français sont maquillés. Car, de l’Ambassadeur aux officiers supérieurs de l’armée française en passant par les services spéciaux de la DGSE et autres Ong présents sur place, le président Idriss Déby Itno leur applique avec merveille la « méthode Bongo » qui consiste tout simplement à corrompre tout ce beau monde en distribuant régulièrement des espèces sonnantes et trébuchantes.

Depuis 17 ans, le peuple tchadien crie au secours mais curieusement sa voix reste toujours inaudible. La France, de part ses médiats françafricains (RFI et ses succursales africaines, Tv5, Jeune Afrique, Ong de toutes sortes) étouffent le cri de détresse du peuple tchadien. Ce dernier, dos au mur, n’a pas d’autre choix que de se rebeller car sa survie est en jeu.
Depuis 17 ans, le Tchad n’a connu que des révoltes et des rébellions armées matées dans le sang avec l’appui bienveillant de la France, de la Libye et du Soudan.

Rébellion à l’Ouest dans la région du Lac-Tchad avec le MDD, rébellion au Sud avec le FARF, le RAFAL, MRSNT, rébellion au Nord avec le MDJT et rébellion à l’Est avec le CNR, l’UFDD, RFC, CNT.

Les chefs de la rébellion qui ont accepté de négocier avec le gouvernement de Deby ont tous été assassinés, certains au banc même de la négociation. Il s’agit plus précisément du Colonel Moïse Kété (MRSNT), du Capitaine Laokin Bardé (FARF), du Colonel Abbas Koty (CNR) et du Minsitre de la défense Youssouf Togoïmi (MDJT).

Idriss Deby a ainsi assassinée la paix au Tchad. Il s’emmure et reste sourd aux détresses sociales. Il affame, torture et clochardise son opposition politique. Pire, son régime glisse d’un régime « démocratique » à un régime monarchique. Le dialogue selon le roitelet Idriss Deby Itno c’est l’allégeance, le ralliement, l’humiliation.

Privés de liberté, privés de leur droit de travailler et de gagner dignement leur vie, constamment humiliés et blessés dans leur dignité et leur honneur, les Tchadiens, dans leur grande majorité ont vomi ce régime mafieux, antinational et décidé de mettre fin au règne criminel d’Idriss Deby Itno.

La lutte est déclenchée sur tous les plans, elle ne s’arrêtera que lorsque le dernier rempart de ce régime abominable s’écroule et disparaisse à jamais.

Il va de soit que les Tchadiens combattront avec la même énergie et la même détermination les béquilles de Déby en l’occurrence ici la France et la Libye. Les forces de libération nationale doivent abattre tout appareil et tout soldat français errant autour d’elles dans sa lutte pour sa survie. En guerre, il n’y a pas de demi-mesure.

Depuis une semaine, les forces de la libération nationale ont commencé à décompter les jours du régime criminel franco-tchadien dirigé par le soldat Deby. Le monde entier est alerté de l’implication directe de la France dans ce conflit inter-tchadien. Les hélicoptères, les Jaguars et Mirages, les canons à grande portée de l’armée française stationnée au Tchad pilonnent sans relâche les forces de l’UFDD aux environs d’Abéché. Beaucoup de tchadiens, particulièrement des jeunes, sont massacrés par les tirs de l’armée française. Beaucoup de familles tchadiennes sont endeuillées. Des crimes gratuits que la France veut passer sous silence pour ses intérêts hégémoniques sur notre pays.

Tchadiens levons-nous et dénonçons cette agression française. Un appel patriotique est lancé à l’endroit de tout tchadien, il vous est patriotiquement demander de s’en prendre directement et physiquement aux français présents au Tchad. Ne distinguez ni soldat, ni civil, ni vieux, ni femmes, ni écoliers. N’épargnez pas leurs biens (voitures, commerces, domiciles), saccagez-les et mieux brulez-les.

Le peuple français qui élit démocratiquement ses dirigeants doit comprendre qu’au Tchad leurs responsables sont des véritables criminels. Une vie d’un tchadien ne vaut pas moins qu’une vie d’un français. Mieux, nous sommes chez nous, alors pourquoi viennent-ils se mêler de nos problèmes et pire nous massacrer ? La Cote d’ivoire retrouve le chemin de la paix après avoir cassé et brulé du français. Faisons pareil pour notre survie !

Peuple tchadien, peuple digne, ta liberté naitra de ton courage, boutons les français hors du Tchad par tous les moyens et par toutes les manières.

Vive le peuple tchadien
Vive le Tchad.

Issakha Bahar


Commentaires sur facebook