Rendez-les nous: Vifs ou même Morts

En dépit des nombreuses controverses créées avant sa brève visite à son poulain Deby Itno, l’altruiste le Président Sarkozy a maintenu sa venue à N’Djamena. Avant son départ pour le Tchad, Sarkozy a reçu six organisation non gouvernementales, en l’occurrence la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), Human Right Watch (HRW), Oxfam, Amnesty International, le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) et le Secours catholique, pour évoquer la situation sans nouvelles concernant deux illustres opposants au régime de Deby.

Pour rappel : trois opposants politiques et démocrates ont été enlevés par les forces gouvernementales, après le retrait des rebelles de la capitale N’Djamena juste après qu’ils eussent failli mettre un terme au long régime tyrannique et dictatorial de Deby. Comme pour se venger et trouvant l’occasion belle, Deby a choisi de museler l’opposition démocratique en les faisant disparaitre depuis le 3 Février. Il s’agit de Ibni Oumar, porte-parole de l’opposition, du député Yorongar et de Lol Choua. Ce dernier a réapparu depuis le 14 Février, et «mis en résidence surveillée» comme un gage d’ « apaisement » pour ne pas soulever le courroux du grand chef Sarkozy et ne pas gâcher sa petite visite amicale.

C’est dans le souci d’avoir des clarifications que ces associations des droits de l’Homme ont interpellé le président Sarkozy avant son épopée tchadienne. Nul doute qu’elles ont essayé de dissuader le chef de l’Etat français d’« aller là-bas sans avoir de nouvelles, c’est une sorte de caution » .

Mais que nenni. Comme à son habitude, Sarkozy s’est adonné, en concert avec sa diplomatie, à son jeu favori : le jeu d’équilibrisme. Voilà un genre nouveau inventé : le funambulisme politique. Il s’agit de dire ou promettre quelque chose et faire son contraire. Le chef d’orchestre tout désigné de cette tragi-comédie est le locataire du Quai d’Orsay : Bernard Kouchner. Celui-ci a le grand honneur de faire comprendre ou faire digérer à la grande masse néophyte des sinueuses relations africaines que la visite de Sarkozy au Tchad est tout sauf inutile. En fait le grand sorcier blanc doit nous faire passer la pilule, surtout sans indigestion. C’est alors que commença le show du French Doctor.

En effet, ceux qui suivent les actualités politiques tchadiennes ont sûrement dû se rendre compte que le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner fait des mains et des pieds pour justifier depuis quelques jours la courte visite du Président Sarkozy à son homologue Deby. Le French Doctor Kouchner vit depuis des jours un véritable chemin de croix pour expliquer au monde entier que l’escale à Ndjamena de Sarkozy et de sa nouvelle femme Carla avant leur visite en Afrique du Sud n’est pas le fruit d’un hasard mais a été « tout bien pesé ».

Toujours dans l’optique de noyer le poisson, à la sortie du conseil des ministres, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a dit avoir « certaines nouvelles » de Ngarlejy Yorongar. « Des gens l’auraient vu mais nous devons absolument nous en assurer » a-t-il ajouté. En fait, Kouchner n’a fait que relayer les allégations mensongères d’un politicard à la petite semelle de ministre des Affaires étrangères, Mr Allami. Simple naïveté ou caution politique pour créer la diversion ? Nous rappelons à ces gentils messieurs qui nous prennent pour des cons que connaissant Yorongar, s’il avait été libre, il aurait déjà il y a belle lurette dénoncé à haute voix ce déni de démocratie qu’ils nous font vivre .

On nous pousse encore et toujours la chansonnette que même Sarkozy a « hésité » et a failli renoncer d’aller serrer les paluches à son grand « pote » ou despote Deby. Or Kouchner nous faisait croire depuis le début que tout déplacement ne serait possible qu’après une «clarification immédiate » sur la disparition des opposants politiques. Nous, nous attendons encore pour voir.

Mais investi d’une divine et providentielle mission, le grand manitou Sarkozy n’a pas envisagé « abandonner les Tchadiens à leur sort et laisser la situation s’aggraver ».Il faut bien qu’il vienne pour « réconcilier les Tchadiens, ce qui n’a rien à voir avec L’Arche de Zoé » . Quelle bonté ? Le voilà qui a reposé ce mercredi ses pieds sur le sol tchadien.

Mais de qui se moque-t-on ? Dès la fin des hostilités du 2 et 3 février qui ont eu une issue heureuse à Deby, nous savions déjà qu’une visite de Sarkozy, ne se reste que pour quelques heures, semblait inéluctable. Il fallait venir féliciter et encourager le soldat Deby qui a réussi à se sortir d’une mauvaise passe.

Grâce à la baraka de Deby Itno , la maison Françafrique est encore saine et sauve. Cela vaut bien un grand détour du grand chef Sarkozy pour se rendre compte lui-même que l’édifice, la Françafrique qu’il a héritée, tient encore débout. Pour combien de temps? Bien malin et optimiste, celui qui nous prédira la fin prochaine de ce machin-système qui continue à broyer les Tchadiens, et l’être africain en général.

Loin de ces tergiversations politiciennes, le peuple tchadien n’aspire qu’à la Paix, qu’au développement socio-économique. Ce peuple, qui a toujours été dupé par les innombrables promesses faites par ces différents chefs ayant eu entre leurs mains sa destinée, veut maintenant regarder le futur avec espoir, l’espoir d’avoir un havre de paix. Le Tchad veut qu’on lui rende ses deux grands et illustres enfants : Yorongar et Ibni Oumar.

Nous demandons à Deby Itno, qui jusque-là a brillé par son côté sanguinaire à assassiner ceux qui s’opposent à lui, de libérer les deux opposants politiques qui sont Yorongar et Ibni Oumar. S’il vous reste encore une once d’humanité, Deby , pensez aux enfants et à la famille de ces deux personnages.

Libérez-les ,s’ils sont vivants ,quoi que vous leur aviez fait souffrir comme tortures et privations. Qu’ils puissent se défendre dans les meilleures conditions si vous voulez les juger. Ainsi nous saurons quels sont les chefs d’accusation, quels sont les mobiles des délits que vous leur reprochez. Si justice il y a encore au Tchad.

Si, par malheur, vous avez liquidé ces deux opposants, Deby, ayez la plus petite humanité de rendre les corps aux familles respectives pour que ces grands hommes aient des sépultures qu’ils méritent et que nous leur rendons un hommage qui correspond à leur rang de Grands Fils du Tchad. Notre pays le Tchad aura beaucoup à perdre s’ils disparaissaient à jamais.

Arrêtez vos tergiversations et votre diversion. Trêve de création d’une «commission d’enquête internationale qui fera la lumière sur l’ensemble des choses qui se sont passées» et éventuellement sur la disparition des opposants politiques. Cessez de nous distraire, finie cette tragi-comédie que vous nous jouez sans aucune pitié depuis le 3 Février.

S’il vous plait, rendez-les nous : notre Yoro et notre Ibni Oumar !!

DINGAORO Séverin


Commentaires sur facebook