Débat inter-tchadien de Paris : La communauté internationale attend les recommandations des participants.

A l’initiative de Mme Nathalie Losson, Directrice de l’Association Caring For Kaela (CFK), Débat inter-tchadien réunira à Paris du 29 au 30 Mars prochain, toutes les sensibilités socio-politiques qui viendront se concerter largement des diverses questions qui font l’actualité politique tchadienne en vue de chercher des voies et moyens pour aboutir à un dialogue politique inclusif au Tchad.

Pour avoir constaté de visu le drame tchadien, accentué ce dernier temps par le conflit armé, les violations furieuses et massives des droits de l’homme, parmi tant d’autres, Mme Nathalie Losson, a été depuis quelques années affectée et animée d’une bonne foi et de volonté d’ aider le peuple tchadien à sortir de l’ornière et du cycle infernal de violences.

L’évolution politique du Tchad est marquée par des offensives rebelles, des accords de paix violés par des parties en conflit à cause de la défiance qui existe entre elles.

Aujourd’hui, les observateurs nationaux et internationaux sont unanimes qu’au Tchad, Idriss Deby ne peut venir au bout d’une rébellion même si quasi immobilisée et gangrénée par des considérations ethnico-régionales et tribales.

La solution plausible, attendue par tous, reste le dialogue politique inclusif pour sauver le pays d’un naufrage collectif ou d’une situation similaire à la Somalie plongée dans une déstabilisation continue depuis bientôt vingt (20) ans.

Si, on veut éviter à notre pays de sombrer dans un chao généralisé à l’instar de certains pays où la communauté internationale est lassée d’intervenir, nous devons faire preuve de dépassement individuel et collectif pour soutenir et encourager toute bonne volonté qui vient en appoint nous aider à trouver des réponses urgentes et fiables à la hauteur des attentes de nos populations.

La concertation de Paris ne souffre donc d’aucune controverse, étant donné qu’elle peut être considérée comme une opportunité voire un podium qui permettra à toutes les forces vives tchadiennes de prendre la parole et poser les véritables problèmes qui ont contribué à l’instabilité actuelle.

Aussi, disons-nous que cette concertation est un réel espace de lobbyng et de plaidoyer pour se pencher sur le sort du Dr Ibn Oumar Mahamat Saleh, disparu depuis les 03 février dernier, enlévé par les gardes présidentielles d’Idriss Deby à la suite des combats de Ndjaména qui ont opposé l’armée gouvernementale à la Coalition des mouvements hostils au pouvoir central.

La Communauté Internationale qui observe avec indifférence la question tchadienne depuis quelques années, attend avec intérêt les recommandations des participants au sortir de ce Débat inter-tchadien de Paris.

Il faut noter que l’une des organisations africaines de défense des droits de l’homme la plus active du continent à savoir la RADDHO très impliquée sur la crise tchadienne viendrait à ces assises en vue d’apprécier la situation et d’y apporter sa partition.

Il n’est pas donc exclu de signaler que les regards seraient tournés vers ce débat inter-tchadien devenu le point de fixation des observateurs nationaux et internationaux.

Les acteurs de la vie politique et de la société civile tchadienne sont invités à apporter leurs modestes contributions pour enrichir ce débat et convaincre l’opinion internationale de prendre à bras le corps la situation tragique que connaît le Tchad à l’heure actuelle.

Makaila Nguebla.


Commentaires sur facebook