Un gouvernement d’une autre ère

Le énième gouvernement Deby serait-t-il en mesure de réussir là où les 12 précédents ont lamentablement échoué. Certes, ils n’ont jamais eu ni le temps nécessaire, ni les mains libres dans leur fonction pour entamer le début d’exécution de leur programme gouvernemental, mais ça ne peut pas être une excuse devant leur échec patent.

Ces pauvres PM malgré leur savoir-faire et leur bonne volonté apparente, n’ont jamais eu le courage de dire non quand les choses allaient mal, mais chacun d’entre eux s’est servi de son passage à la primature pour se faire une situation sans qu’il n’y ait eu d’amélioration des conditions de vie du citoyen ordinaire. Toutefois, espérons que le nouveau PM empruntera un autre parcourt pour mettre en pratique son programme politique, tout en sachant bien que la durée moyenne d’un chef de gouvernement au Tchad est d’environ 18 mois, bien entendu depuis l’avènement du MPS. Hier comme aujourd’hui, l’incontournable obstacle reste et restera toujours le président Deby qui, ironiquement, a mis 18 ans avant de savoir que des propriétés d’état ont été occupées illégalement par des individus qui, en premier lieu, n’ont aucun droit de les occuper. Apres tout il n’est jamais trop tard pour faire du bien.

Certes, nous avons beaucoup entendu parler ce dernier temps des rumeurs concernant la formation d’un gouvernement de grande ouverture, mais l’entrée de certains membres de la coordination des parties politiques pour la défense de la constitution (CDPC) dans le gouvernement s’avère inopportune et relève d’une trahison pure et simple de leurs principes et par ricochet c’est un peu semblable de dire a’ Dieu a’ leur collègue Dr Ibni Oumar Mahamat Saleh disparu dans des conditions très mystérieuses. Nous regrettons très amèrement que le sort d’une figure emblématique de l’opposition démocratique ait été oublié si facilement par les garants de l’accord du 13 Avril conclu entre la classe politique et la majorité présidentielle et surtout trahi par ses collègues de la fameuse CDPC. Par cet acte, les membres de cette organisation signent sciemment et consciemment la mort de la CDPC et du même coup font la promotion du MPS qui, en réalité, est la source de tous les problèmes que connaît le pays actuellement.

L’élément nouveau dans ce gouvernement, c’est l’entrée en bloc de l’opposition dite démocratique. Compte tenu de la situation actuelle du pays et vue les personnalités qui composent l’équipe gouvernementale, quelques questions méritent d’être posées? Est-ce le retour de la politique du ventre autrefois connue sous le nom de la démocratie participative? Ou alors c’est la fin de tout espoir d’alternance démocratique au Tchad ? Ou bien c’est la sagesse qui a prévalu pour ramener les uns et les autres à la raison? Toutefois, pour un observateur averti, cette équipe ressemble davantage à un mariage forcé qu’à une équipe énergique bien soudée et censée répondre à l’urgence actuelle. Mais, laissons le temps faire son temps, car les mois à venir nous en diront un peu plus sur les réelles motivations de cette action hors du commun. Certainement, ce n’est pas l’expérience qui va manquer dans cette équipe, car on y trouve tout ce que le Tchad a produit comme politiciens, de Tombalbaye jusqu’à Deby.

S’agissant de certains membres de la CDPC qui tentent de divertir l’opinion ou encore croient naïvement en savoir plus sur le sort de leur collègue une fois rentrés dans le gouvernement, se trompent de vue. On ne rentre pas au gouvernement de Deby pour le contredire mais plutôt pour le servir et se servir. En tout état de cause, il est désormais clair que ce n’est pas en comptant avec l’opposition démocratique que l’on obtiendra un quelconque changement au Tchad.
Bonne chance Monsieur le PM. Nous espérons que vous réussirez là où tous vos prédécesseurs ont échoué.

Ahmat Abakar Haggar
Ahamat1968@hotmail.co.uk


Commentaires sur facebook