Hissein Habré : l’homme qui nous défendit de l’annexion extérieure (première partie)

Il est, aujourd’hui évident que l’homme, qui , pour des raisons inavouées veut, mordicus, faire valoir à l’opinion publique internationale que Hissein Habré n’est rien d’autre qu’un vulgaire dictateur mégalomane , se trouve, lui-même, être un opportuniste mercantiliste à l’affût des situations lui générant de liquidités dont ni l’odeur infecte ni la couleur ensanglantée ne gênent ce malfrat dans sa quête perpétuelle de délices morbides.

Dans son dessein cynique de déstabiliser Habré, sa famille, les tchadiens et partant toute l’Afrique noire afin de remplir ses poches étrangères à la cause continentale, Reed Brody ne ménage aucun effort pour que sa fausse accusation contre l’africaniste Habré devant qui, les velléités expansionnistes occidentales se sont vues mortifiées, trouve droit de cité dans une société planétaire inique, cœur d’un monde sans cœur, dirigée partialement par des grandes puissances comme les USA représentant les Amériques et la France l’Europe tout entière. Dans l’émission « Grand Reportages » récemment diffusée sur les antennes de la RDI, l’énigmatique Brody ayant fait de l’affaire Habré une potentielle vache à lait, refuse un poste aux Nations Unies proposé par l’un de ses amis prétextant que l’affaire était à son paroxysme et qu’il ne pouvait laisser tout tomber. Visiblement, il s’attendait à une éventuelle extradition de l’ancien homme fort du Tchad du Sénégal dont l’issue n’est rien d’autre, pour lui, que jaillissement de pognon, or, argent, diamant qui rendrait ses programmes de vacances et de bamboula bien aisés et arrondis. Quelques jours plus tard quand Denis Sassou, président du Congo Brazzaville par sa lecture posée, rendit publique de l’intention des chefs d’Etats de l’Union Africaine de juger Hissein Habré au Sénégal, la gêne était ostensiblement lisible sur le visage du ridicule Brody mais il opta de la dissimuler par une exclamation de joie feinte. « … et voilà ses propres anciens pairs reconnaissent ses actes et le condamnent…. C’est l’essentiel » s’exclame-t-il. Eh bien, Brody ! Ses anciens homologues ne l’ont nullement condamné mais ils ont simplement peur de toi et de ces barbares que tu représentes et, qui, en ce moment où je rédige mon article t’instiguent de plus belle. Non seulement, l’Afrique tout entière se refuse de sacrifier un homme qui durant de longues années difficiles porta son flambeau au devant de la scène mais aussi un des éminents fils de l’Afrique centrale en l’occurrence Menyé W. Boumoua t’ayant démasqué dans ton intrinsèque nature te décrit en ces termes : « Il y a quelques jours, Reed Brody, un juif sioniste originaire d’un pays de l’Europe de l’Est (Bulgare ou Hongrois comme Sarkozy), devenu américain par nationalité, et émargeant à la mystérieuse nébuleuse dénommée Human Right Watch, appellation trompeuse qui peut abuser de plus d’un pour peu que l’on considère les activités et les positions à géométrie variable et très sélectives de cette officine d’un poids financier considérable et redoutable dont les ingérences néfastes sont principalement dirigées contre les pays du Tiers-Monde, en particulier l’Afrique, Reed Brody donc, très tôt appâté par la mine d’or que représentait l’affaire Hissein Habré, a inondé, comme il sait le faire régulièrement, le Net d’un morceau de sa littérature de caniveau aussi fétide que démagogique ; ».

La littérature de Brody est aussi empuantie que le derrière d’une hyène. Frère Boumoua, aviez-vous aussi réalisé que la cause qu’il défend et sa politique sont aussi creuses et vides qu’une paume de mendiant ?

Les tchadiens dans leur ensemble, par ma voix, vous expriment Professeur Boumoua leur profonde gratitude pour avoir, par votre article si joliment étoffée, défendu une préoccupation qui est, normalement, la leur. Toujours est-il que nous avons grandement besoin de ces augustes fils de l’Afrique, qui comme vous s’érigent en défenseurs de notre cher continent tout entier. En disant cela, mes pensées vont vers tous ces chefs d’Etats, qui sans raison valable, se sont vu arrachés prématurément à leur peuple à l’instar de kwame Nkrumah du Ghana et Hissein Habré du Tchad. Pour ne citer que ceux-là.

Ali Souleymane
gkambi@yahoo.fr


Commentaires sur facebook