Kouchner : " Nicolas Sarkozy, un homme qui aime prendre des risques." – Le Figaro

Si la libération des sept inculpés est saluée unanimement, la méthode Sarkozy, comme dans le dossier des infirmières bulgares, dérange à gauche. Le PS réclame une mission parlementaire.

François Hollande s’est félicité de la libération des inculpés mais veut une « mission d’information » parlementaire pour faire la lumière sur ce dossier. Il a reproché à Nicolas Sarkozy de saturer l’espace public. « Est-ce le rôle du président de la République de venir les chercher lui-même ». Le premier secrétaire du Parti socialiste a également exigé du président « de la clarté, de la transparence par rapport à tout ce qu’il fait passer depuis plusieurs mois à travers cette affaire ».


Bernard Kouchner, absent de cet aller-retour au Tchad, a salué l’initiative du président de la République. « C’est son tempérament. Il faut s’habituer à cette dynamique. C’est un homme qui aime prendre des risques, j’aime bien ça » a affirmé le ministre des Affaires étrangères.


Marine Le Pen (FN) voit dans le déplacement du président français une manifestation de  » la politique-spectacle qui permet de faire oublier aux Français qu’il n’a rien fait depuis six mois qu’il est élu président de la République ». La libération des journalistes français, « combien ça coûte? », a-t-elle encore demandé au micro au Grand jury RTL-Le Figaro-LCI, suggérant « qu’un certain nombre de contreparties ou de promesses ont été ou seront données ».


Le Parti communiste s’est félicité dimanche de la libération des trois journalistes français et des hôtesses de l’air espagnoles, souhaitant qu’il soit « mis fin à toute cette affaire dans les plus brefs délais » dans un communiqué qui ne fait pas référence à la visite à N’Djamena du président Nicolas Sarkozy.


L’association Reporters sans frontières « accueille avec joie et soulagement la remise en liberté des trois journalistes français inculpés au Tchad dans l’affaire de l’Arche de Zoé ». RSF salue « l’action efficace et déterminée de la diplomatie française », soulignant que « dès le premier jour, les militaires, comme le consul à Abéché, ont été attentifs au sort des journalistes ».


Samedi, le gouvernement espagnol se réjouissait de la visite du président français Nicolas Sarkozy au Tchad. « Nous applaudissons » l’initiative de Nicolas Sarkozy a annoncé Madrid, tout en mettant l’accent sur l’étroite coordination entre Madrid et Paris sur ce dossier


Commentaires sur facebook