Après le deuil du défunt Ibni, que fait-on ?

Je suis de ceux qui avaient de l’admiration et du respect pour feu Ibni Oumar Mahamat Saleh tant pour ses qualités morales et intellectuelles, et je suis de ceux qui ont témoigné leur compassion avec beaucoup de sincérité pour les membres de sa famille depuis son décès annoncé.

Cela dit, je n’approuve pas beaucoup la tournure que prennent les événements ainsi que les nombreuses manifestations organisés par les fils du défunt et de ceux qui les suivent pour des considérations autres que sincères, mais sans doute pour satisfaire tristement des fins personnelles.

Lesquelles fins et ambitions à la fois personnelles et politiques qui semblent pour leurs bénéficiaires être fondées désormais sur une légitimité toute trouvée pour des opportunistes de toutes sortes.

En clair, j’estime que l’enlèvement et le décès de Ibni n’ont pas à être instrumentalisé par certains esprits agités et agitateurs mal intentionnés qui voudraient avec cette cet assassinat politique tiré profit et avantage malsains.

Il me parait sage, maintenant après un deuil et un hommage rendu à la hauteur de la valeur du défunt, de prendre un peu de recul et de définir une véritable stratégie globale bâtie sur une cause transcendant le décès de Ibni , mais résolument tournée vers un combat de justice et de paix d’une plus large dimension.

Autrement dit, le cas Ibni est une question beaucoup trop sérieuse pour être utilisée comme un simple prétexte afin d’exprimer des révoltes et des haines, légitimes pour certains, mais plutôt comme une véritable question qui doit interpeller nos consciences afin de nous conduire à un débat et à une réflexion d’une plus grande qualité portant sur l’ensemble de l’avenir du Tchad.

Enfin, je ne demande pas que feu Ibni soit déjà oublié, ce qui serait une grande erreur, mais de ne pas en faire de lui un porte étendard pour justifier des projets et des velléités les plus fous de certains profiteurs sans scrupules.

Monsieur S.

Sagessetchad@yahoo.fr


Commentaires sur facebook