Ils ont assassiné l’espoir des Tchadiens !

« Ils », disons-le, ce sont : le Général Wadal Abdelkader Kamougué, Jean Alingué Bawoyeu, Mbaïlao Naïmbaye et Salibou Garba. Youssouf Saleh Abbas, lui, s’est obstiné à réclamer la dia de Ibni.

Nous n’avons plus le droit de nous en prendre à Idriss Déby Itno. Déby a plutôt fait la volonté des bouffons de la République qui, jour et nuit, consultent le Vodou et bien d’autres divinités pour que des occasions comme celle de l’assassinat de Ibni se présentent pour accourir vers le palais rose. Non, Déby n’a tué personne ! N’a-t-on pas dit que le malheur des uns fait le bonheur des autres ? Eh bien, oui, le malheur du peuple Tchadien fait le bonheur des bouffons de la République.

Nous avons beau pleurer Ibni, l’image emblématique de la démocratie Tchadienne. Nous avons beau crier et nous continuerons à pleurer, crier, hurler nos douleurs… mais nous n’obtiendrons rien. Absolument rien ! Dieu en est sûr et le Go-vainement de YSA le sait. Le Président Sarkozy le savait très bien, avant même que les farceurs d’enquêteurs ne soient sélectionnés pour cette besogne.

YSA, Kamougué, Alingué, Mbaïlao, Salibou et leurs complices ne sont plus dignes de parler au nom du peuple Tchadien. Le ridicule ne tue pas, le commun du mortel tchadien s’accorde à le dire aussi aisément. Mais la colère de Dieu s’abattra un jour sur eux. Ils paieront pour tous les sangs des innocents qui coulent chaque jour, au Tchad, par leur faute.

Et la jeunesse, que lui reste-t-il pour comprendre définitivement que ces soi-disant sages ne plaideront jamais pour son bonheur ? Certains en qui le peuple a cru juste parce qu’ils se sont toujours montrés pieux. Je fais allusion à Jean Bawoyeu Alingué, le Pasteur. On dirait que depuis le 02 février Dieu a cessé d’exister. Et le paradis s’est délogé du ciel pour descendre au palais de IDI. Dans tout cela, la jeunesse semble jouer le même jeu que ces vieux voyoux et ce, contre sa propre destinée. Pourtant, nous nous palisons souvent à clamer haut et fort que nous sommes une génération consciente ! De quelle conscience parlons-nous tant ? A chacun de répondre à cette question. Mais pour ma part, je jure qu’aussi longtemps que nous continuerons à prendre les choses comme nous le faisons maintenant, c’est l’avenir de ce pays qui part à petit feu en fumée.

Il est certes vrai que Déby ne nous dira plus rien sur le dossier Ibni et des autres Tchadiens portés disparus, assassinés le 02 et 03 février dernier, mais je suis de ceux qui, aujourd’hui, ne se contentent qu’à revendiquer la dépouille de Ibni Oumar Mahamat-Saleh afin de lui rendre un hommage mérité. Du moins ça, s’il vous plaît ! Le Tchad doit cela à Ibni.

Et pour finir, que Yoro soit décoré. Il le mérite pour sa bravoure que beaucoup ont ignorée pendant des années. Je crois qu’il n’y a plus de « dires de Yoro ». Ngarlejy Yorongar est désormais le seul opposant démocratique qui mérite respect et confiance de ce peuple meurtri, pris en otage par un homme sans coeur, un clan aussi barbare…

Alors, décorer Yorongar, c’est rendre justice au peuple Tchadien. En tout cas, c’est ce que je pense !

MBANG-ODJIM Stéphane
Email : mbangodjifal@yahoo.fr


Commentaires sur facebook