Le delirium tremens de Nicolas Sarkozy : une éclipse de la raison à l’Elysée

Dans sa fameuse déclaration du 08 .12 .08 à Paris, le Président Français Nicolas Sarkozy s’en est pris, lui aussi, au Président Zimbabwéen Robert Mugabé.

Monsieur le Président, vous avez taxé Mugabé de dictateur en soutenant qu’il est déjà tombé de son piédestal et qu’il faut qu’il s’en aille.

Oui, Excellence, nous n’avons pas accepté le fait que le Président Mugabé puisse garder le mutisme devant un peuple en péril. Nous pensons que l’heure a peut être sonné de rompre avec ce cercle infernal du chaos que connaît le peuple zimbabwéen.

Mais Excellence, même si vous souffrez d’une arriération mentale, ce sera une honte pour la Cellule africaine de l’Elysée et pour vous-même d’avoir passé au crible les régimes dictatoriaux africains que vous continuez pourtant de soutenir.

Ce n’est pas l’exemple qui en manque. Au Tchad, vous avez remué ciel et terre pour maintenir, contre le gré des Tchadiens, le dictateur sanguinaire, Idriss Déby Itno au pouvoir sans élection crédible jusqu’à ce jour.

De Joseph Béhidi à Ibni Oumar Mahamat Saleh, vous avez inculqué une salle leçon à votre garçon de salle IDI à éliminer ces Hommes intègres aux idées progressistes, qui oeuvrent pour l’épanouissement de l’homme tchadien. N’est ce pas là une forme de dictature que vous avez instauré et que vous êtes en train de protéger au Tchad ?

Que cesse ce jésuitisme. Car la dictature que vous semblez critiquer aujourd’hui, c’est vous, les colons, qui l’avez provoqué et instauré en Afrique. Arrêtez de remuer le couteau sur la plaie des peuples meurtris et opprimés d’Afrique au risque de connaître les mésaventures du septembre noir américain mais cette fois ci dans la cour d’honneur du palais de l’Elysée.

Datoldé-El Sylvestre
Chargé des Relations Extérieures du Cerdisop
cerdisop@yahoo.fr


Commentaires sur facebook