Roosevelt "La seule chose que nous ayons à craindre, c’est la crainte elle-même"

Abakar ASSILECK HALATA Chers compatriotes recevez nos vœux les meilleurs pour l’an 2009, qu’elle nous soit une année de changement et d’une paix durable. Nous voulons vous interpeller sur l’état actuel de notre chère patrie, tirons ensemble la sonnette d’alarme. Notre pays va très mal, que nous devrons d’abord le savoir et pour cause il faudra dire les choses telles quelles sont, sans la langue du bois. Mitterrand dixit « La France a dit non au désespoir qui pousse à la violence ceux qu’on prive de tout autre moyen de se faire entendre.

Elle dit non à l’attitude qui consiste à fouler aux pieds les libertés publiques pour décréter ensuite hors la loi ceux qui prennent les armes pour défendre les libertés à tous les combattants de la liberté , la France lance son message d’espoir » Ce discours montrait une volonté de vouloir rompre avec les pratiques anciennes, dix ans après nous retrouvions ce même Mitterrand avec un autre discours. « Le vent de la liberté qui a soufflé à l’est devra inévitablement souffler un jour en direction du sud (…) il n’y a pas de développement sans la démocratie et il n’ya pas de démocratie sans développement »

Rappelons-le qu’au soixantième anniversaire de la déclaration des droits de l’Homme, le chef de l’exécutif français a demandé à Mugabé de quitter le pouvoir ? Alors que, à sa propre demande qu’une commission d’enquête internationale a été mise sur pied, pour déterminer la disparition de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh, cette même commission vient de culpabiliser la garde rapprochée de Deby de l’enlèvement ou l’assassinat de ce dernier. Pourquoi cette politique de deux poids deux mesures ?

Pourquoi Sarkozy et Kouchner ne demandent pas à Deby de libérer ou restituer le corps d’Ibni ? Pourquoi la France refuse de dédommager les familles tchadiennes, alors que la justice en a décidé ainsi ? Peut-on parler de la souveraineté du Tchad, après ces réactions méprisantes et moyenâgeuses
De Sarkozy et de Kouchner sur l’affaire de l’arche de zoé ? Pourquoi les chefs des partis politiques signataires de l’accord de 13 août 2006 n’ont pas interpellé les autorités françaises sur le sort des familles tchadiennes qui attendent encore d’être dédommagées ? Autant des questions que les chefs des partis politiques fidèles à l’accord de 13 août 2006 n’arriveront jamais à répondre.


Oui nous pouvons dire que ça c’est la pratique néocolonialiste sous sa forme la plus abjecte, qui permet à la métropole de garder ses marchés, sa présence culturelle et sa présence militaire à des frais minimes .Quant à la classe dirigeante, elle obtenait une aide technique pour l’exécution de modèles de développement basés sur mimétisme aveugle et totalement inadaptés .Cela permet cependant la vente d’équipements, l’octroi de prêts, le placement d’experts et l’acquisition d’informations précieuses sur la situation économique et sociale du pays .Le système facilite la corruption et l’enrichissement excessif d’une minorité de « responsables » des deux bords.

Les dirigeants bénéficient également d’une forme de protection politique et militaire leur permettant de rester au pouvoir avec immunité presque totale .Dans de pareils cas, l’ancienne métropole ne parle ni d’absence de démocratie , ni d’abus des droits de l’Homme ni d’excès de corruption , ce qui compte ce sont les intérêts stratégiques, politiques et économiques du néo-colonisateur. Si la France n’a pas résisté, avec bien sûr l’aide de ses colonies d’antan ; les français d’aujourd’hui ne parleront pas l’allemand ?

A vous de juger !!!

Bientôt un an que ce brave fils du Tchad n’est plus, si nous pouvons nous permettre de dire ceci. Après sa disparition, quelques opportunistes ont sauté sur l’occasion d’intégrer le gouvernement et comme un mangonneau tirer sur leur ami d’hier, ah lâcheté quand tu me tiens ! Et pire encore ils jurent sur tous les dieux de la terre que l’accord du 13 août 2006 est la seule alternative, soit qu’ils se leurrent ou bien c’est une cécité politique.

Détrompez-vous et ce message va également à l’endroit de ceux qui croient encore que Deby acceptera un dialogue inclusif, d’abord il n’a pas cette culture de paix, ni une volonté politique et en plus une fois que ces fils du Tchad intègres rentreront au pays ; n’accepteront jamais la présence du MJE sur le sol, ni la dilapidation des ressources de l’Etat par le clan Deby et ses complices ; voilà le nœud du problème. Deby est un problème majeur pour la paix au Tchad et son système est un cancer pour la cohésion sociale et la gestion saine de la chose publique.

La seule chose que nous pouvons demander aux chefs des partis qui sont écoutés par la France c’est de faire économie de mensonge, d’être réaliste et de dire la vérité car Deby reste le seul problème pour la paix au Tchad et la paix dans la sous région. Comment comprendre que vous dénoncez Mr Desesquelles le représentant de l’union européenne au Tchad, mais il n’a fait que dire ci-haut ce que ses patrons disent tout bas ? Arrêtez de noyer le poisson, il prépare les esprits de ce qui va advenir. Dites à vos amis que le Tchad en a assez des ces combines , les gens ont évolué dans d’autres cieux ,les tchadiens aussi ,ont évolué dans leur mentalité et l’intérêt qu’ils portent à leur pays n’a pas de mesure. Alors optons pour une coopération qui s’adaptera avec notre environnement qui évolue , nous évoluerons donc cette coopération régulièrement pour lui apporter au fur et à mesure les corrections nécessaires, de renforcer le lien de partenariat dans un esprit d’indépendance, de souveraineté et de respect mutuel.


On est gouverné par un dictateur qui coupe des centaines d’arbres verts ! Et demande à la population de craindre Dieu et de ne pas couper les arbres ça ; il n’y a que Deby qui peut se permettre.

Comme disait Che Guevara « Il est temps de secouer le joug ». Nous avons choisi la lutte armée comme notre lutte pacifique au pays a été un cul-de-sac. Cela revient à dire qu’une lutte armée ou révolution a une notion, une faculté et un comportement exemplaire .Et la logique veut qu’on associe ceux qui font partie de ces structures qu’ils soient en Europe aux Usa ou en Afrique, là ou le bat blesse, des gens qui ont pris le train en marche, se croient être les plus résistants que les résistants, jusqu’à fermer la porte, pour des cadres qui veulent bien aider la dynamique, parfois même pour avoir un visa c’est de la mer à boire. Alors certains trouvent le visa et le billet d’avion pour leur déplacement. Aucune rébellion au Tchad n’a eu des moyens que ça soit humains, matériels ou financiers comme cette rébellion d’aujourd’hui,

Pourquoi on ne veut pas s’entendre, ou par ce qu’on se plait à la brousse ? Ou il y’a une autre raison ? La vérité est difficile à dire, ces interrogations ne sont pas pour des spéculateurs d’interpréter demain, alors lui, il roule pour qui ? Je vous arrête toute suite, nettoyons devant chez nous, avant d’indexer autrui. Le changement est inéluctable, mais changeons d’abord nos mentalités et notre comportement qui ne sont pas dignes des révolutionnaires.

Bref, n’ayant pas la chance de contribuer à ce document, par cette tribune nous proposions à la commission préparatoire de former une commission d’enquête et de recensement, des détournements des deniers publics et des biens de l’Etat .Cette commission aura pour mission de traquer les contrevenants que ça soit les dignitaires Deby, de la diaspora ou même des rebelles, puisque beaucoup des personnes ont quitté le Tchad parce qu’ils ont volé le bien commun. Non à l’impunité, oui au pardon le fait d’être avec les rebelles ne blanchira jamais ces voleurs, c’est facile de placer ses comptes et venir jouer au héros. Remettre à césar ce qui est césar.

Nous demandons également à la commission qui s’attèle actuellement de tenir compte de la mixité et d’associer tous les fils du Tchad de toutes les générations confondues à ce projet national. Depuis 40 ans, les Américains ont réalisé un rêve, alors que nous tchadiens, nous n’arrivions même pas à réaliser une vie ! Les chefs d’œuvres de 40 ans de la chose publique doivent se remettre en question, et savoir qu’ils ne sont pas les élus de Dieu, car ils ont commis un gâchis incommensurable .Ce morcellement de la société tchadienne au jour d’aujourd’hui est à l’image de leur œuvre politique politicienne, démagogique pour ne pas dire machiavélique. Une simple question à leur égard, aiment-ils ce pays ?


Si nous dénonçons Deby pour son mépris aux tchadiens et pour sa mauvaise gestion de la chose publique, typique à des mafiosi. Nous devons aussi dire haut et fort ce qui ne va pas, chez les résistants ça ne sert à rien de caresser le chat dans le sens des poils, la prostitution politique, la mesquinerie, la pratique vassale, et l’égoïsme doivent cesser. Si nous demandons à ceux qui ont été aux affaires pendant 40 ans de nous faire le bilan et nous tracer les grandes lignes de leurs politiques sociales ? Avez-vous préparé la relève ? Et bien, la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a, le monde évolue et cette mutation demande les moyens de les appliquer et de s’adapter à cette vitesse de croisière. Qui a pensé que Barack Obama sera le président des USA ?

Nous nous identifions à cette génération spontanée, ni des béni-oui oui, ni des profito-situationnistes, non plus des homo oeconomicus mais des hommes responsables qui aiment le Tchad et l’économie de tous ces gâchis nous ont été pédagogiques. Jetons la passerelle entre les vieux les moins vieux et les jeunes cette synergie qui est une richesse nous permettra de relever les défis qui nous attendent. Faisons table rase sur le passé et ouvrons des pages nouvelles.
Oui une autre attitude est possible, elle est seule digne, juste pour une société comme la nôtre, pour son développement économique, sa stabilité politique pérenne et une vraie démocratie.


Prendrons des mesures de ce qui n’est pas juste, et mettre en œuvre sans lenteur ni précipitation les corrections nécessaires, car l’injustice sociale est la source de violence et de la révolte. Kennedy disait « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous »


L’occident a connu des siècles avant de réaliser sa démocratie, il faudrait des paramètres Pour accompagner ce processus ; le niveau d’instruction de la population, l’intégrité morale et l’indépendance d’esprit. Les journaux se vendent comme des cacahuètes en occident, alors que chez nous il faudra d’abord acheter des cacahuètes.

La notion de multipartisme soit qu’elle est mal expliquée ou pas bien comprise chez nous au Tchad. Ne possédant pas la chance de lire ce qui est écrit et lire entre les lignes le multipartisme a été un échec total; car le lambda tchadien pensait que multipartisme signifie militer avec son co-régionaire ou par son affiliation quelconque .C’est pourquoi il faudra un travail de fond dans ce sens, le Tchad a déjà cette culture de multiplicité des partis au début des années 1960, donc ce n’est pas le vent de 1990 qui nous a emmené cette culture démocratique.

Comment expliquer que les guinéens ont mis 24 heures pour choisir un président, et jeune en plus entouré par les sages. Il nous faudra combien des années pour accepter une personne pour la transition?

« A cœur vaillant rien d’impossible »

Vive le Tchad, pour que vie la population tchadienne épanouie et sécurisée !

Abakar ASSILECK HALATA – Paris


Commentaires sur facebook