L’université Adam Barka se dirige t-elle vers une mort lente mais certaine

Une fois encore le ridicule ne tue pas bien sur au pays de Toumai. En effet dans les dernières nominations au sein du ministère de l’enseignement supérieur, département dirigé par le très controversé docteur Alfaroug quelque chose retient particulièrement mon attention. Le nouveau recteur de l’université d’Abéché qui remplace le Pr Dabye, qui a été appelé à d’autres fonctions (devenu membre du gouvernement), est le Dr Moustapha. Mais le problème n’est pas à ce nouveau.

Ce qui est bizarre du moins en dehors du Tchad est que son adjoint est un Professeur titulaire. Le Pr Mahmoud qui occupe déjà ce poste, en fin depuis la création de l’université (en 2003), pouvait même se réjouir d’avoir eu la chance de préserver sa place d’autant qu’il y a encore quelques mois son ministre de tutelle aurait proposé lors d’un conseil de ministre de remplacer les deux Professeurs (l’ex recteur et son adjoint) par des simples Docteurs avant de faire profil bas. Car les rarissimes intellectuels du gouvernement, donc ceux qui connaissent le fonctionnement des institutions des enseignements supérieurs dans le monde entier se sont indignés et n’ont pas osé lui faire une simple remarque je cite « comment peux-tu te permettre de remplacer des Pr Titulaire par des simples Dr sans pour autant être en mesure de montrer des preuves de leurs incompétences » chose qu’il ne pouvait plus démontrer. Car par définition, un incompétent ne pourra jamais accéder à ce titre qui est le fruit d’un travail très difficile et de longue durée. Hommage à nos rares Pr Titulaire aujourd’hui présents au Tchad (d’ailleurs on peut les comptés sur les doigts d’une main comme on le dit), sans oublier ceux qui ont choisi de vivre ailleurs. Je souhaite très sincèrement qu’ils viennent au pays et apportent leurs contributions dans les différents domaines où notre pays souffre aujourd’hui par manque de main d’œuvres qualifiés et surtout pour la formation des décideurs de demain. Amin.


Quand au notre ministre d’après des personnes bien informées il ne digère pas les nominations des ex dirigeants de l’université Adam Barka par le président Idriss Deby. Pour lui il n’est pas question de voir d’autres personnes diriger l’université « ouadaïenne » (ce qui est le cas aujourd’hui avec le nouveau recteur). Si tous les ministres doivent être originaires de Baguirmi on se demande comment il aura la possibilité de choisir qui il veut aujourd’hui. Dommage que certains de nos ministres ne réfléchissent pas ou très peu. C’est franchement scandaleux.

Si le président de la république veut que la paix revienne au Tchad il faut qu’il se débarrasse de ces genres de personnalités qui d’ailleurs ne font que ternir son image vis-à-vis de la société civile en donnant l’impression que le président lui-même veut ce système alors qu’il pouvait bien prendre ces responsabilités.

Pourquoi il le maintient alors qu’il est le seul obstacle dans le dialogue entre le syndicat des enseignants du supérieur et le gouvernement, pourquoi le garde t- il alors qu’il n’est même pas capable de faire évoluer le quotidien de l’étudiant ( exemple de ce qui se passe à l’université de N’Djamena, la première université du Tchad), çà peut durer jusqu’à quand ce psychose infernal pour les milliers des tchadiens qui rêvent de voir a la tête du département qui forme les décideurs de demain quelqu’un de taille ? etc.

Autant des questions que seul le président de la république peut nous répondre

Ecrit par Malli


Commentaires sur facebook