Un parcours inachevé, un avenir incertain et une vie gâchée

Ces dernières années, les étudiants tchadiens se multiplient comme des champignons en Tunisie. Pour la plupart, l’idéal recherché n’est pas l’étude mais plutôt faire du tourisme. Ainsi on se retrouve avec plusieurs catégories d’étudiants tout en sachant qu’il n’est pas du goût humain le mélange des mouchoirs avec des torchons.

De prime à bord, parmi ces aventuriers, d’après qui l’étude c’est passer le temps à dormir tous les matins et passer toutes les nuits blanches avec le jeu de cartes et la fréquentation des boites de nuit est hebdomadaire. La Consommation de l’alcool, du cannabisme et d’autres drogues est quotidienne, surtout avec la récente évolution des pratiques de consommation des drogues et en particulier chez les nouveaux entraînés par les anciens (expérimentés dans le domaine).

Ne dit-on pas que la vérité est bonne à dire ?

Ensuite sachons que les années se suivent mais elles ne se ressemblent pas du tout, alors copier l’autrui aveuglement est un acte à éviter sinon il serait l’élément clé de notre échec. En outre un homme est celui qui compte sur soi même et responsable de ses actes mais n’est pas celui qui compte sur les biens de ses parents. Donc arrêtons de louer de véhicules et faire de tours en pêle-mêle pendant les heures de cours.

Bien que nous n’aillons pas un niveau mais cela n’empêche pas qu’on se rattrape au lieu de passer à l’école une fois par semaine ou une fois par trimestre ou encore une fois par semestre. Pire on est le premier à rentrer au pays. Pour ces aventuriers, tous les moyens sont bons, l’essentiel est le passage en classe supérieure. Donc nous assistons à des falsifications de tout genre des bulletins délivrés par les HEC TCHAD, CHAMBRE DE COMMERCE et bien d’autres instituts.

Enfin voila en quelque sorte l’étude en Tunisie, un système éducatif bouleversé par tous ces fléaux. Mais cet article n’est pas une grille de correction mais plutôt juste une description de la vie des étudiants tchadiens en Tunisie.

A suivre …

Ali Kokoko
alikokoko@yahoo.fr


Commentaires sur facebook