Il y a des signes qui ne se trompent pas

Il y a des signes qui ne se trompent pas, soit le régime a atteint son apogée, soit il est en chute libre. Les arrestations arbitraires et semi arbitraires de ces derniers jours témoignent l’irresponsabilité d’un régime qui se moque complètement aux aspirations du peuple en s’attaquant une fois de plus aux innocents alors que les vrais coupables ne sont confrontés qu’à leur propre conscience. L’arrestation de Mr Mahamat Abdoulaye, président nationale d’un parti politique, est aussi révélatrice de quelque chose.

Le mutisme total de la communauté internationale et autre ONG sur l’arrestation arbitraire du président nationale du Mouvement pour la Démocratie et le Développement au Tchad (MPDT) par le régime fantoche d’Idriss Deby n’arrange pas les choses.
Tout le monde sait que le régime clanique et sanguinaire de la famille Itno ne tolère guère la moindre opposition dans la partie saharienne du Tchad, même si l’opposition sudiste n’est pas épargnée. Ceci est d’autant plus grave que le régime ne colère absolument pas une opposition démocratique dont le dirigeant serait originaire du Nord. Les pressions sont énormes pour que les opposants intègrent la politique du régime sinon des accords d’alliances doivent être signés. Ceux qui n’accepteront pas payeront cash de leur vie. Le cas du Dr Ibni Oumar est plus récent pour oublier, mais aussi le Dr Guetti assassiné en pleine campagne législative.
Le pur dans tout ça, c’est que pour beaucoup, cette arrestation est considérée comme un règlement de compte entre le régime et un allié, donc entre eux comme on a l’habitude de dire au Tchad. Mais ce que les gens ne comprennent pas c’est qu’un parti politique n’est pas une personne et il y a plusieurs motivations dans les décisions d’un mouvement populaire. La population de Massakori ont été mis à genou économiquement, des viols et assassinats par le régime pour avoir soutenu massivement un parti d’opposition lors des élections présidentielles de 1996 et elle n’a eu un répit qu’après avoir décidé leur ralliement sans condition au MPS, comprenant que c’était la seule solution pour sortir de l’enfer et ça marcher. Le cas du quartier goudji est connu de tous les n’djamenois. Le cas de la ville Sarh est connu aussi de tous. La liste des exemples est longue. Les destructions des plusieurs habitations des pauvres n’djamenois pour la simple raison qu’il y a des propriétés des dirigeants de l’opposition militaire dans le quartier qu’ils habitaient indignent plus d’un.

A quoi bon de voir Mr Mahamat Abdoulaye rejoindre la liste sombre des opposants assassinés ou torturés par le régime. Je vous révèle une chose. Entre Deby et Abdoulaye les choses ne sont pas du tout au beau fixe et c’est d’ailleurs Deby lui-même ne cesse de répéter au coté de ces bouffons. Deby n’a pas hésité de dire à plusieurs reprises que Mr Abdoulaye ne l’aimait pas alors que sa femme est une cousine à lui. Il s’agit de l’ex première Dame, Zina. « Pendant les conseils ministériels à chaque fois que je levais la tête, je croisais son regard alors que les autres baissaient leur tête par signe de respect», aurait –il martelé un jour. Il avait fabriqué un complot contre lui dans une affaire de détournement des biens publics. Toute personne qui a travaillé avec ce Mr Abdoulaye peut témoigner de sa bonne foi et son manque de clanisme, chose pourtant très rare au Tchad. A son retour de paris ou il a écourté son séjour pour se mettre à la disposition de la justice, on lui a fait comprendre que c’était une erreur des enquêteurs puisse que les choses s’étaient passées bien après son départ du porte feuille du ministère de l’élevage et que l’état annule toute poursuite judiciaire. Mais Deby sait très bien ce qu’il fait. Il a mis le doute dans la tête des citoyens sur la crédibilité d’une personnalité qui ne met pas les mains dans la caisse de l’état. Donc il passe au plan B. Pour Deby il faut salir tout le monde et ceux avec qui il n’y arrive pas par le biais des ses pétrodollars, il ya son plan B, c’est-à-dire une accusation de détournement des biens de l’état. Dans le cas ou ça ne marche pas, il faut alors éliminer. Pour ça il est expert en la matière. Soit un empoisonnement, soit un accident de circulation, etc. Beaucoup des personnalités qui étaient bien placées à ces cotés à un certain moment sont morts suivent à des maladies incurables d’origine très douteuses et ils y a beaucoup d’autres qui en souffrent.

Je demande aux tchadiens d’être très vigilants et regarder au-delà de nos limites régionales devant un régime qui devient de plus en plus féroce et qui veut instaurer un empire de la famille Itno où les autres citoyens et leurs biens seront les propriétés de l’empereur. Quand la case de ton voisin brûle mouille la tienne, disait un proverbe africain.

Malli.


Commentaires sur facebook