Le Ministre de la Communication M. Mahamat Hissene est un fin limier de la propagande de notre président

A juste titre, depuis ces débuts durant l’ère Habré il a retenu les leçons apprises à l’école du feu Ministère de l’Information. « Monsieur Sait Tout » de l’intelligentsia tchadienne doté d’une modestie incertaine, arrive à noyer le poisson même à ceux qui ne croient plus à celui d’avril.

Fin manipulateur, il a réussi à écarter de l’Office son précédent DG, M. Aba Ali Kaya, connu lui même pour un maître de l’intrigue. Mahamat Hissene est un homme qui a peur et il propage ce sentiment à son ministère mais aussi à l’ONRTV devenu un organe sous contrôle.

Non seulement il se croit le plus intelligent du gouvernement mais aussi et surtout le plus beau. Si vous avez eu le privilège de l’approcher, vous verrez cousu sur sa chemise les initiales de son nom : MH.

A Télé Tchad il ne se limite pas à intervenir dans les problèmes professionnels mais il y fait aussi son casting. Il a jeté son dévolu sur une demoiselle qui se prénomme Mlle K, nièce pour certains, cousine ou autre chose pour d’autres. Son égérie du moment se voit déjà en haut de l’affiche se croyant la patronne de TVT. Après sa piètre prestation dans un programme nommé « Da Bekam » elle est imposée par MH pour présenter le journal de TVT.

Faute que le ministre n’a pas vu arriver obstiné à imprimer sa marque de fabrique coute que coute.
Ce n’est ni une journaliste ni une animatrice et de surcroit aucun diplôme en poche. Cette liaison dangereuse à plus d’un titre pour le sérieux de l’ONRTV, attise les haines entre les acteurs de la communication au Tchad. Dans les milieux de la communication les ragots vont bon train. Souvent avec une cruelle vérité.

On n’a jamais vu un ministre de la république s’ingérer autant dans les affaires courantes d’un office. Allez voir du coté de l’OTRT ou de l’ONDR. De mémoire de journaliste, ni Mocktar Wawa Dahab ni Moussa Doumgor ne passaient autant de temps avec les agents. Ils étaient autant respectés et écoutés. Le personnel se sentant en confiance, travaillait mieux. Or dès que MH crut avoir berné et convaincu les petits d’en bas sans avoir eu à communiquer avec leurs responsables hiérarchique, non seulement ils ne le prenne au sérieux arguant qu’un ministre n’a pas sa place à leurs cotés, mais leurs boss se retrouvent démunies et humiliés dans l’exercice de leur fonction.

Il visionne tout, surveille chaque phrase, chaque image qui affaiblirait les fondamentaux tchadiens. Aux monteurs il demande de couper les plans ou de les rallonger, aux cameramen de filmer dans un axe plus tôt que dans un autre, aux directeurs de censurer tout élément jugé indigne à l’image du Tchad. Il a fallu de peu qu’il supprime tout folklore sudiste ou la nudité prime afin de ne pas choquer les tchadiens de l’Arabie Saoudite. Ceux là ont une grande influence sur lui. Rappelons qu’il est le chef de file de ceux qui ne veulent pas d’un code de la famille. Son manque de laïcité flagrant est incompatible avec l’idée qu’il véhicule de lui comme étant un homme ouvert et large d’esprit.

Il se permet même de favoriser certains ministres qui veulent parler de leurs actions. Il a bien sur ses têtes de turcs comme Adoum Younousmi ou Djibert Younous. Alors bien sur des mécontentements se font ressentir et la rumeur grossie sur son contrôle total de l’ONRTV. Certains l’appellent CB d’autres « General » mais à TVT on préfère MH-TV.

Le Berlusconi à la tchadienne, fondateur d’un journal, actionnaire dans une imprimerie et Ministre, se plaît dans son rôle de communicateur des années d’antan. Verrouiller, contrôler, surveiller, censurer. Son obsession est sans doute fondée. Qu’un journal comme La Voix vienne lui faire ombrage, et le voilà monté sur ses grands chevaux. Ses affaires sont sans doute bien sécurisées depuis son parcours à la vice présidence de l’assemblée nationale. Mais en matière de sécurité alimentaire, MH a aussi ses hommes. En la personne de MZ le directeur d’une société d’informatique en tout genre. Les gros marchés sont attribués à MZ sans procédures d’appel d’offre sans doute pour mieux régler l’addition de sa garçonnière au Kempisky

Mahamat Hissene veut faire plaisir au Président. Mais ce n’est pas lui rendre service. Pour les observateurs du régime c’est un faucon. Mais les faucons chassent seuls vivent seuls et mangent seuls. Mahamat Hissene est solitaire, sans parrain, sans famille professionnelle. Le Président le soutient. Mais jusqu’à quand ?

Dernièrement un différent clanique entre Kredas et Kanembous dans la région de Moussoro a faillit lui coûter cher. Une bagarre des blessés une forêt de plus de mille palmiers brûlés et personne n’a été tenu informé. La TVT ayant dépêché une équipe sur les lieux du drame, le sujet a été quand même censuré. Les protagonistes ont écrit à Halifey le président du HCC pour cette censure. Celui ci a t-il saisi MH et quelle suite a été donné à cette tragédie ? Le HCC a t-il pleinement joué son rôle ? MH coiffe t-il aussi cette institution ? Pour défendre quel intérêt ?

Une traîtrise désastreuse en terme écologique. Une foret de rôniers disparaît tandis qu’à chaque minute le Président arrose des plants à l’écran. C’était une occasion de vous recentrer sur la communication du Président. MH vous ne semblez avoir rien compris en priorisant la sécurité publique au détriment de la priorité actuelle du Chef : l’environnement. Si M. Dabye l’ex ministre de l’environnement en a pris pour son grade il en a fallut de peu pour MH.

Mais Mahamat Hissene en fait aussi dans le clanisme. Sa famille ethnique est très présente à l’ONRTV. O.I, K.M, R.B pour ne citer qu’eux. Il les gâtent, les protègent et les cajolent en créant leur télé au sein de la télé : véhicules, matériels, primes payés rubis sur ongles. Tout cela pour «Dabalaye» l’émission fourre tout qui se veut être la crème des programmes de TVT. En retour ils obéissent et l’informe de tous les « on dit » à l’Office. À commencer par les décisions de son DG, M. Doubaye Le « mission impossible » de service malgré ses airs de pasteur du dimanche et qui oublie ses principes en semaine. Il voue une admiration sans faille à MH omettant au passage que l’Office est doté de ses textes propres et que le Ministre n’est que le PCA. N’oublions pas au passage Ismail Ben Cherif le naïf mais néanmoins heureux créateur de la séré « AlHadj Tawa » qui ferait mieux d’arrêter d’agiter le drapeau blanc du changement à l’ONRTV car c’est un leurre. MH sonne les cloches à tous ceux qui veulent pousser la chansonnette.

MH dépasse les limites quotidiennement.

Dans sa dotation financière le ministère de la communication a été l’un des plus nantis depuis les évènements de 2008. Certes cette manne a été orientée pour tailler une image sur mesure à notre président. Mais a la sortie de cette crise des évènements, lorsqu’on regarde TVT ou qu’on écoute RNT, on se rend compte que nous sommes encore à l’ère des partis uniques une époque qui fait date maintenant avec son référent du culte de la personnalité. La politique de la communication de Tombalbaye ou d’Habré ne diffère guère de celle de Idriss Deby Itno. Même affichages, mêmes représentations, mêmes messages. Notre président mérite mieux s’il vous plait MH. Ne le faites pas passer pour un président camarade leader omnipotent omniprésent et omniscient incapable de décider de son image.

Si vous pensez que nous n’avons pas encore atteint l’ère démocratique alors vous sous estimez sa pensée et empiétez sur ses convictions.

La parole n’est jamais donnée à la population. Leurs attentes et frustrations ne sont pas vos priorités. Vous restez cantonné à la sphère officielle de l’information. Rien d’intéressant et aucun débat contradictoire possible. Cette singerie des réalités tchadiennes ne nous honore pas.
A force de vouloir tout contrôler on finit par perdre les pédales.

Le précepte ancien « On peut mentir aux gens de temps en temps mais on ne peut mentir à tous les gens tout le temps » peut lui servir de leçon et à tous ceux qui se prennent pour des califes à la place du calife.

Je plains le Président de la République et la Première Dame qui doivent être dans leurs petits souliers à force d’être si maladroitement exposés.
Mais notre ministre « je sais tout » a un adversaire de taille : la direction générale de la communication de la présidence avec son monsieur « je vois tout » en la personne de M. Djonabaye. Elle impose tout à notre MH national. Il la craint car elle est aussi une télé dans la télé.

M. Le président vous n’avez pas besoin de cette direction qui coute cher à la république. Faites confiance à TVT. Sa crédibilité est à prendre au sérieux. A condition de remercier son actuel directeur M. Sylla en lui arguant que l’agriculture manque de bras. Son besoin de reconnaissance est la hauteur de sa maturité d’enfant gâté des medias. Au lieu de s’occuper de l’administration de TVT, il passe son temps à vouloir inscrire son nom aux génériques des programmes ou à se faire remarquer à chaque occasion officielle. Mal entouré par son sous directeur des programmes M. Al Habib qui crie contre vents et marrées qu’il est à la télé pas pour y travailler mais parce que la première dame la voulue. Qu’il est le protégé de la première dame est un fait mais a t-il besoin de citer son nom à chacune de ses défaillances ?

M. Le président vous avez donné des moyens à l’ONRTV. Exigez des résultats. La liberté d’expression est un acquis amère car difficile à atteindre. Ce n’est pas avec des bras cassés qu’on arrivera à rendre la nivaquine plus sucrée.

I. Mallah
imallah10@gmail.com


Commentaires sur facebook