Lettre Ouverte à la Jeunesse Tchadienne

Aujourd’hui 50 ans après notre indépendance et 52 ans après la naissance du Tchad comme Etat-Nation, notre pays n’a pas pu se dégager des blessures postindépendance causées par l’ignorance, l’ethnocentrisme, l’analphabétisme avec tous les malheurs qu’ils ont entraînés derrière tel que: rebellions, guerres fratricides, haines, racisme, favoritisme, corruption et j’en passe.

Ces mots les uns sont les causes et d’autres ces sont les conséquences sous lesquels les peuples Tchadiens vient depuis deux générations voir même trois. Ses malheureux mots sont combattus partout dans les pays ou la classe dirigeante ont pour seul souci « le développement socio-économique de leurs pays respectives » mais malheureusement les différents régimes qui se sont succédés à la tête de notre pays , ont enseignées et éduquer les peuples Tchadiens dans le strict définition de ses mots.

Nul ne peut en douter aujourd’hui que notre pays fait partie des quatre pays les plus pauvres au monde, le système et la qualité éducatif et sanitaire de notre pays est parmi les cinq derniers au monde. Sans oublier la corruption, l’insécurité, le favoritisme et les détournements des deniers publics, dans les uns comme dans les autres notre pays figure parmi les pays qui ont le taux plus élevé au monde .

Alors sans me tarder je voudrais rendre d’avance un hommage solennelle à la jeunesse Tchadienne qui aujourd’hui à travers le monde entier à ses yeux et oreilles pointer vers notre mère patrie et qui se dit « trop c’est trop », mais le trop c’est trop de la jeunesse Tchadienne n’a pas pour objective de monter les Tchadiens les uns contre les autres ni verser un seul goutte de sang des Tchadiens mais plutôt, « trop c’est trop » de cet attitude de rester loin à des milieux des kilomètres alors que notre pays a besoin de sa jeunesse pour c’est construire dans tous les domaines. Il est vrai que notre pays est toujours dans les mains de ceux qui sont à l’origine des conflits qui ont secouées notre pays c’est à dire la génération 60-70 et qui continuent toujours à bafouées toute espoir de la jeunesse Tchadienne de vivre dans un pays stable et prospère par leurs sarcasmes politique et assoiffe du pouvoir.

Cependant chaque jeune tchadien en apportant son expérience Universitaire ou professionnel au pays et en mettant en application et en traduisant dans la pratique que ce soit dans le privé ou dans le public, je pense que les retombées des résultats ne vont pas retarder et ça sera un bon début.

Un grand homme une fois déclara que : « la grandeur d’une nation civilisée se mesure aux méthodes utilisées par sa police pour appliquer le droit pénal », certainement il a raison mais, moi je dirais que l’espoir d’ émancipation d’une jeune nation comme la nôtre se trouve dans la capacité et l’audace de sa jeunesse à prendre conscience du l’intérêt à regagner son pays et être un acteur à part entier de la vie économique, sociale, politique et culturelle de son pays. Malheureusement aujourd’hui on constate que la quasi absence de la jeunesse Tchadienne dans la vie quotidienne des Tchadiens. Il est évident que cette jeunesse est frappée par un dépit des longues année, mais l’espoir que cette jeunesse attend, n’apparaitra jamais à l’horizon comme le lever du soleil matinal tant que cette jeunesse n’aménage pas elle-même des solutions pour que cela soit possible.

« L’avenir d’une jeune nation qui a du mal à c’est construire comme la nôtre a besoin de sa jeunesse »

Rabat ! le 19 Avril 2010

Elimy Moussa Hamidi
elimytchady@yahoo.fr


Commentaires sur facebook