Tchad : Deby construit et son Ambassadeur détruit…

L’an dernier, lors de la visite du président Deby à New York, la délégation présidentielle et nous étudiants venus le saluer, avons constaté le malaise de notre Ambassadeur à l’ONU. Après le départ de la délégation pour Washington, l’Ambassadeur s’est enfermé dans sa résidence pendant un mois. Même les parapheurs lui sont envoyés dans son salon pour les signatures. C’est plus tard que nous avons compris sa situation dont les causes sont multiples.

En 2009 à l’approche de l’arrivée du président Deby à New York, l’Ambassadeur a exigé de ne pas informer la communauté tchadienne. Mais ces collaborateurs lui ont dit clairement que cela est impossible. Et il serait maladroit d’empêcher la Communauté tchadienne de venir saluer le Chef de l’Etat. L’Ambassadeur était furieux car il craignait d’être dénoncé devant le président. En fait ses soucis ne sont que des suspicions inutiles. Alors pour notre Excellence, il y avait plus de peur que du mal…

Mais la réalité est tout autre, car depuis son arrivée à New York, l’Ambassadeur s’est cloisonné dans son bureau, évitant de rencontrer les Tchadiens. Et même ceux qui venaient lui souhaiter la bienvenue, étaient surpris de passer des heures d’attente pour être questionnés : Qu’est-ce que vous voulez? Alors choqués, ces derniers quittent l’Ambassade pour ne revenir que quand il est absent. Malgré cela, notre Excellence se permet de dire:< Qu’il n’est pas à New York pour s’occuper des Tchadiens >. Cela est certes vrai, mais il ignore que même nous étudiants Tchadiens, avons nos petits boulots et ne voulons rien de lui. Notre Excellence est restée ainsi isolé. C’est lorsque ses chauffeurs philippins lui ont claqué la porte, qu’il était obligé de courir vers les Tchadiens pour l’aider à trouver d’autres conducteurs. Et avec le passage du président Deby, son malaise s’est transformé en hypertension artérielle. Mais son réel désarroi s’explique par son forfait financier lors de l’achat cafouillé de la nouvelle Chancellerie de New York, dont il s’est servi pour remplir ses comptes avant de créer un faux conflit pour accuser son Premier Conseiller et le pousser à démissionner.

D’abord à l’arrivée du président Deby à la Chancellerie, l’accueil était désordonné du fait de l’absence d’une préparation sérieuse. La colère de certains d’entre nous à en découdre avec l’Ambassadeur a laissé ses collaborateurs garder un profil bas face aux Tchadiens venus nombreux et de partout. Et comme la forêt n’a pas pu cacher l’arbre, les membres de la délégation présidentielle avaient constaté que cette Chancellerie, achetée au moment où le marché de l’immobilier est tombé si bas aux Etats-Unis, n’équivaut pas aux milliards débloqués par le Tchad. Et le comble, faute de place l’Ambassadeur s’est déménagé à l’hôtel pour laisser sa résidence au président Deby. Malheureusement même l’Aide de Camp du Chef de l’Etat n’a pas où dormir. Et les autres diplomates ont enfoncé le clou en confirmant que dans cette Chancellerie, aucun d’eux n’a de bureau digne de ce nom, c’est pourquoi tous se sont contentés du couloir subdivisé en box de bureaux de fortune.

Quelle sera la situation cette année avec la prochaine visite du président Deby à New York? Ainsi pour sauver sa tête en Septembre prochain, notre Excellence tente de rassembler la Communauté tchadienne autour de lui. C’est pourquoi, il a initié la politique du chou et des carottes et nous pousse à la création d’une nouvelle Association qui serait affiliée au MPS. Des lettres anonymes d’Invitation sont distribuées discrètement pour soit disant <Créer un nouveau cadre de retrouvaille des Tchadiens….>. Et comme les Tchadiens sont vigilants, cette initiative divisionniste a été rejetée par la majorité des membres de la Communauté. Depuis des années où était l’Ambassadeur et c’est maintenant qu’il se réveille pour s’intéresser aux Tchadiens?

Alors pour permettre de faire oublier son forfait financier de la nouvelle Chancellerie, notre Excellence s’est précipité à N’Djamena récemment, soit disant pour préparer la visite du président Deby. A son retour, il invite pour la première fois à déjeuner, quelques Tchadiens et nous annonce qu’il a un fond à remettre à la Communauté>.Mais il exige <une nouvelle structure dans laquelle l’Ambassade doit désormais s’impliquer.> Pourquoi ses prédécesseurs n’ont-ils pas fait cela? Pourquoi depuis son arrivée à New York, c’est maintenant qu’il s’intéresse aux Tchadiens? L’Ambassade doit-elle s’impliquer pour nous endoctriner ou pour mieux nous surveiller à l’exemple de l’Ambassade du Tchad à Paris au temps de la D.D.S.du régime tortionnaire de HABRE?

Toutes ces agitations sont pour empêcher certains d’entre nous à rencontrer le président Deby. Comment l’Ambassadeur peut-il vouloir rassembler les Tchadiens et ignorer les doyens, les Cadres, les Etudiants, les hommes d’affaires et autres compatriotes? C’est ridicule et dommage… Idriss Deby construit mais son Ambassadeur détruit. Le président Deby rassemble les Tchadiens, tend la main et se réconcilie même avec les politico-militaires. Mais son Ambassadeur s’acharne à diviser les Tchadiens et à pousser ses collaborateurs à la démission? Cette manière de faire qui n’honore pas le pays, n’est rien d’autre que le boycott implicite de la prochaine visite du président Deby à New York.

Soit l’Ambassadeur s’est trompé d’époque, soit qu’il reste encore nostalgique des régimes tristement célèbres des dictatures passées. Il oublie que les temps ont changé et que c’est le président Deby qui a restauré en Décembre 1990, la démocratie, la liberté et le multipartisme au Tchad. On ne prépare pas une visite présidentielle par des coups bas contre les membres de la Communauté résidente, ni par une stratégie de diviser pour régner. La politique des choux et des carottes n’aboutira à rien. Avec argent ou pas, les Tchadiens de New York vont réserver un accueil chaleureux au président Deby lors de sa prochaine visite. Les Tchadiens savent s’organiser, sans être caporalisé par l’Ambassade. Si l’Ambassadeur persiste dans sa politique de division, cela conduirait à son départ de New York, car c’est le moment de rassembler les Tchadiens, de restaurer la paix dans le pays et non de semer la zizanie pour camoufler ses forfaits financiers.

Si l’Ambassadeur veut pousser les Tchadiens à organiser une contre manifestation, le jour de l’arrivée du président Deby, cela est bien possible car les Etats-Unis sont un pays où l’Etat de Droit est réel et le droit de manifester est autorisé à tous. Si l’Ambassadeur persiste dans ses erreurs, c’est lui qui en subira les conséquences politiques de ses maladresses. Et cela n’affectera ni la Communauté tchadienne, moins encore nous autres Etudiants. L’Ambassadeur est libre de s’entourer des vautours affamés qui ne guettent que le passage du président Deby à satisfaire leur misérable appétit. Avec l’Ambassadeur ou pas le président Idriss Deby sera le bienvenue à New York.

Mahamat AGUID
Etudiant en Public Relations
New York University


Commentaires sur facebook