N’djamena, future vitrine de l’Afrique; reve ou utopie ?

Si on veut que N’djamena soit une ville moderne ou un jour une vitrine (blindée j’espère), la mairie doit avant tout réglementer la présence en zone résidentielle des certaines activités: tels que les bars, les boulangeries et des minis usines de traitement d’eau potable.

Une ville moderne est ne pas seulement une ville en béton: beaux bâtiments et rues bitumées mais c’est une ville dont l’occupation du sol est repartie et organisée selon les activités et leurs usages. On parle ici du règlement de zonage qui est un outil très essentiel pour une ville moderne. Elle doit être repartie en trois grandes zones: une zone industrielle, une zone commerciale et une résidentielle. La zone industrielle est elle même repartie en deux zones: une zone de l’industrie lourde et une autre zone de l’industrie légère qui sert de tampon entre la zone commerciale et l’industrielle lourde.

A N’djamena, la présence des ces petites usines en pleins quartiers est énormément nuisibles a ceux qui habitent aux alentours créant toutes sortes de pollutions; des bruits très assourdissants des géantes groupes électrogènes et autres inconvénients 24h/24h. Tel est le cas d’une boulangerie située sur l’axe de Diguel vers la sortie de Goudji appelée la rotative que les gens ont du mal a rester chez eux. De même, les milliers de bars très achalandés a ciel ouvert dans la partie sud de la capitale qui mettent de la très forte musique et sont en généralement situés en bordure des axes principaux causant d’énormes embouteillages et des accidents par des individus ivres se zigzaguant en pleines rues. Des tels genres d’activités doivent être réglementées par la mairie au lieu de les laisser dans une anarchique totale. Les bruits émis par ces bars a Moursal ou a Kabalaye sont attendus a Mardjadafac ou a la rue de 40 m, alors imaginez combien de fois sont affectes les voisins ou ceux qui vivent aux environs.

La vente d’alcool dans les rues doit être interdite car l’alcool est rendu tellement accessible même les enfants de12 a 13 ans peuvent se procurer et se soûler a tout moment, le comble en est que les bars sont juste a coté des écoles. Si nos enfants deviennent des soûlards, on les punit et pourtant on ne fait rien pour les protéger.

En Europe et en Amérique du nord, généralement dans les pays développés, l’âge de l’alcool est entre 18 a 21 ans. Aux États-Unis, il est de 21 a 22 ans et est strictement interdit de vendre de l’alcool en pleine rue. Dans ces pays, on ne verra jamais des bars ou discothèques animer de la musique en pleine rue ou a ciel ouvert et jamais une personne ivre se zigzaguant les rues ou conduisant une voiture au risque de perdre son permis de conduite ou même aller en prison. Il serait d’être difficile exactement comme ces pays mais au moins réglementer ou corriger certaines de ces désordres urbaines. Ces pays ne sont pas des pays musulmans ou l’alcool est simplement interdit en public.

Au Tchad, surtout dans certaines cultures, consommer de l’alcool ou prendre sa bière entre certaines heures au vue des autres est une fierté. C’est pour prouver que je suis encore capable de prendre ma bière. » les m’as-tu vu  » Oui certes mais pas en public.

A cela, s’ajoutent aussi les multiples constructions anarchiques des mosquées a chaque coin de la rue. Celles-ci doivent être aussi réglementées par la mairie et le comité islamique. Dans certains quartiers de la ville, les mosquées sont en excès; il y a près de 3 a 4 grandes mosquées sans compter les petites salles de prière ( les moussalats) dans moins de 1 km^2 et sont généralement vides pendant les 5 prières sauf la première du Vendredi. Il faut les construire la ou il y a un besoin. Chaque individu devenu moyennement riche veut construire une mosquée n’importe ou pour traduire ses acquis (haram ou halal) en bonnes actions pour tromper la vigilance d’Allah mais ceux-la, se trompent. Allah est pur et n’accepte jamais les impuretés ou des biens mal acquis.

Oui construire une mosquée est sans doute très important mais il est plus important encore de nourrir les pauvres et ou creuser un puits ou il y a manque d’eau que de construire une mosquée a coté d’une autre pour que les autres disent massallah telle personne a construit une belle mosquée.

Notre mairie doit jouer son rôle d’identité réglementaire et organisatrice, pas seulement collecter des impôts.

Bonne lecture, espérant que cela servira a conscientiser notre mairie.


tchadienlamda@gmail.com


Commentaires sur facebook