La Joie de Deby

A l’annonce des résultats du deuxième tour des élections présidentielles en France, Deby a poussé un cri de joie tel que sa garde rapprochée a cru un petit moment que leur Chef était victime de quelque chose. La panique a mis tout le monde dans un état d’effervescence qui a duré une bonne dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’elle constate que le Chef est en train d’exprimer une joie immense de voir son candidat gagner les élections.

Selon un proche, Deby avait exprimé le même degré de joie lors des présidentielles françaises de 2002, quant la gauche a été éliminée dès le premier tour. Selon la même source, il avait eu ce commentaire acerbe : « Ces salauds (les socialistes) m’ont empêché d’aller en France pendant 4 ans !

Outre la joie exprimée de manière bruyante, Deby a laissé échapper quelques confidences : « je connais bien le nouveau locataire de l’Elysée, c’est un pote ! ». Il a même insinué qu’il a activement participé à sa campagne. Mais alors qu’a-t-il fait ?

Toujours selon lui, l’armée française a non seulement des beaux jours au Tchad, mais les avions français vont participer activement aux combats. Pure affabulation ou réelle conviction ?

Deby est certes très content, mais il n’est pas évident que la donne reste la même bien que le locataire de l’Elysée soit un homme de droite, mis sur orbite par un appareil hérité du gaullisme. Il conviendrait alors d’observer attentivement l’évolution des relations entre les caciques de l’Afrique, en particulier celui du Tchad et le nouveau président français. Même si les intérêts des Etats sont supérieurs à tout, on peut probablement voir un brin de changement dans la façon de mener la politique africaine. Puisque le nouveau Président, lors de sa première intervention sur le développement et de celles antérieures, a parlé de la rupture. Alors le Tchad et les tchadiens attendent impatiemment de voir de quelles couleurs seront ce développement et cette rupture pour le Tchad. Aux couleurs de la françafrique ou aux couleurs de Nicolas Sarkozy ?

Le plus grand service que le nouveau Président français pourrait rendre au peuple tchadien, est d’aider à mettre fin à cette guerre interminable qui engloutit l’ensemble des ressources nécessaires pour un développement socio économique du pays ; d’arrêter de financer par l’argent du contribuable français, le maintien d’un potentat vomi par son propre peuple.

Les tchadiens savent que le plus grand soutien de Deby pour mener le pays là où il est, c’est Chirac et sa françafrique. Maintenant, c’est au nouveau Président de marquer d’une autre empreinte les relations entre les deux pays, de mener les choses autrement et de démentir ainsi le pessimisme affiché de ceux qui pensent que son arrivée ne changera rien quant à la nature des relations entre l’Afrique et le France. Nous lui laissons le bénéfice du doute.

Mahamat Ahmat
N’djaména


Commentaires sur facebook