Situation critique de l’OTRT et Création sans fondement de SITCOM

La Gestion actuelle de l’Office Tchadien de Régulation des Télécommunications est caractérisée par une incompétence notoire de la Direction générale, laquelle a imprimé une orientation désastreuse à l’entreprise, orientation qui ne pourra qu’ouvrir les voies à toutes les dérives inimaginables. A cet égard, la récente restitution de la mission de contrôle du Ministère de l’Assainissement Public et de la Promotion de la bonne gouvernance en date du 22 juillet 2011 est sans ambigüité à ce propos, on peut citer :

Le laxisme et le manque de suivi de recouvrement des taxes de l’Etat auprès des opérateurs avec pour conséquence une perte publique entraînant un manque à gagner énorme pour l’Etat environ 12 milliards de CFA ;

Des effectifs pléthoriques, passés de 45 agents en 2007 à 116 agents en 2011.

Ces carences ont systématiquement annihilé tous les efforts déployés par les pouvoirs publics pour élaborer un véritable plan de réussite de cet organe.

Pour exemple, cette incompétence dans la gestion de la Direction Générale (ou s’agit-il d’une complicité manifeste ?) s’est fait cruellement ressentir et n’a pas permis à l’Etat de dégager une plus value légitime de dizaine milliards lors du double rachat de CELTEL par ZAIN, puis de ZAIN par AIRTEL.

Quant aux recrutements abusifs sans vision aucune de la Direction Générale des agents parachutés, sans aucun profil mais aussitôt responsabilisés à des postes de chef de services en lieu et place des agents issus du secteur des télécommunications. Par conséquent l’organe de régulation n’a pas évolué d’un iota depuis ces dernières années car au delà de sa mission traditionnelle, l’OTRT devra :

Faire migrer du G2 actuel au G3 pour le passage à un nouveau cadre d’octroi des concessions (licences) devant faire l’entrée des fonds dans les caisses de l’Etat.

A cet effet, l’Autorité de Régulation doit faire des investissements ciblés dans l’outil de Contrôle des opérateurs (Airtel et Tigo) devenus des vrais prédateurs qui ne déclarent pas leur chiffre d’affaires réel de trafic entrant qui terminent au Tchad parce que l’OTRT n’est pas doté des solutions de mesure et de contrôle de trafic.

En tout état de cause les Hautes Autorités doivent prendre toutes les décisions qui s’imposent pour arrêter cette hémorragie à l’OTRT.
SITCOM : La Loi 009 sur les Télécommunications au Tchad stipule bien que l’opérateur historique national SOTEL TCHAD est exploitant des infrastructures des télécommunications de base. La Fibre Optique fait partie intégrante de ses activités principales. De part le monde, en exemple les opérateurs historiques tels que France Telecom, CAMTEL, SONATEL, ONATEL, BENIN TELECOM etc. ont pour substance en valeur ajoutée l’exploitation de la Fibre Optique, donc par conséquent il n’est pas du tout indiqué de créer une nouvelle société pour gérer la Fibre. Dans le cas où SOTEL TCHAD sera privatisé, l’Etat Tchadien va ainsi bénéficier d’un très fort prix de produit de privatisation.
La création anticipée de SITCOM s’est faite sans étude préalable de marchés et sans catalogue de ventes de capacités qui ne garantissent pas un retour d’investissement vu les moyens déployés par l’Etat (20 milliards de francs CFA pour le tronçon Mbéré-N’Djaména) et la signature d’une convention d’interconnexion à sens unique avec CAMTEL très coûteuse (100 millions de francs CFA par mois).
De ce qui précède SITCOM ne peut pas honorer ses engagements sachant que les deux principaux opérateurs GSM (Airtel et Tigo) disposant de leur propre infrastructure ne sont pas tenus de louer des capacités offertes par SITCOM.

Les responsables du Ministère des Postes et des Technologies de l’Information et de la Communication en charge du dossier (Le Secrétaire Général MR HAROUN MAHAMAT BADAOUI, l’Inspecteur Général MR ADJAM et le Directeur Technique MR DJERABE) et la Coordination de la Fibre Optique de l’OTRT, se sont taillé la part de lion en trompant la vigilance du Ministre, pour se faire nommer dans l’équipe actuelle dirigeante de SITCOM.

Pour ce faire, la solution la plus simple (pour éviter le double emploi) et la moins onéreuse est de confier la gestion de la Fibre à la SOTEL TCHAD.
A ce titre, nous vous saurions de gré, Excellence Monsieur le Président de la République, la présente fiche qui a pour but de vous informer de cette situation et nous vous demandons de faire partir tous vos petits stagaires parents aux postes Directeurs Généraux de nos entités afin de résoudre les problèmes qui minent nos entités considérées comme des vecteurs du développement de notre pays.

MAHAMAT AHMAT ALI FADOUL
Cadre au Ministère des Postes et des Technologies de l’Information



Commentaires sur facebook