Déclaration de l’UFDR No. 0010 République Centrafricaine /QG/12/07/2007

UFDR QUE ET QUI MAINTIENNENT BOZIZÉ AU POUVOIR ?

SAM OUANDJA (RCA), le 12 juillet 2007 – Le Bureau politique de l’Union des Forces Démocratiques et du Rassemblement (UFDR) veut alerter, encore une fois, le peuple centrafricain et la communauté internationale du danger que représente Bozizé pour la survie du pays.

Voici les constats majeurs identifiés par la majorité silencieuse des forces vives nationales qu’incarne l’UFDR :

Premier constat : Bozizé refuse au peuple centrafricain son dialogue de survie nationale mettant ainsi le pays devant un désastre irréparable;

Deuxième constat : le peuple centrafricain dans sa grande majorité refuse Bozizé et son régime népotiste, nihiliste, kleptocratique, dictatorial, sanguinaire qui lui fait tant souffrir.

Troisième constat : Le départ de Bozizé du pouvoir est l’unique moyen d’ouvrir un véritable dialogue pour la paix et le développement durable en République Centrafricaine.

Quatrième constat : La République Centrafricaine sous le règne de Bozizé est devenue un territoire ou la population est à Bangui, le gouvernement est à N’djamena au Tchad et le centre de décision est à Libreville au Gabon.

Que et qui maintiennent alors Bozizé au pouvoir ? Bozizé se cramponne au pouvoir en terrorisant la population civile sans arme dont les maisons sont brûlées et qui est obligée d’errer en brousse sans aucune espèce de protection ou à se réfugier dans les pays voisins. Ce sont ses gardes personnels et mercenaires qui se livrent à ces actes de destruction du peuple. Quelle humiliation ? Quelle honte ?

Bozizé, le kleptocrate, s’agrippe au pouvoir en s’accaparant des ressources nationales qu’il dilapide pour acheter les consciences de certains et payer ses mercenaires et ceux qui les encadrent. Bozizé considère, entre autres, que des revenus des secteurs minier (diamants, uranium, etc.), forestier (bois) et des services des douanes du pays lui appartiennent en propre et il en utilise pour entretenir un réseau de gangsters-terroristes pour le maintenir au pouvoir et continuer à détourner sans scrupules les biens publics.

Bozizé, le patelin, se camouffle et abuse de l’amitié historique entre la République centrafricaine et l’ancienne puissance coloniale, la France qui est venue au secours de son régime moribond à plusieurs reprises, parfois sous le couvert des forces des pays membres de la CÉMAC, ce qui cause beaucoup de malheur au peuple centrafricain, qui est un des plus pauvres de la planète.

La République centrafricaine est trop riche pour que son peuple soit pauvre. L’UFDR dit : Peuple centrafricain réveillez-vous.

Bozizé refuse le dialogue national pour darfouriser notre pays. Qui y gagne ? Tout le monde voit avec indignation la souffrance du peuple de la ville à la campagne, partout en République Centrafricaine c’est catastrophique. Les fonctionnaires, incluant les FACA, ont plus de dix mois d’arriérés de salaires, les boursiers centrafricains à l’étrangers sont obligés de quémander pour survivre puisqu’ils reçoivent sporadiquement leurs bourses, les écoliers sont laissés à eux-mêmes, les hôpitaux sont délabrés, nos diplomates à l’étranger sont humiliés et honteux faute de paiement de loyer, de salaires et autres obligations voulues pour mieux nous représenter.

L’UFDR réitère qu’elle rejette tous les esprits qui visent leurs intérêts personnels, sectaires et pécuniaires et que ses priorités sont les intérêts nationaux au bénéfice du peuple centrafricain, plus particulièrement la jeunesse laissée pour compte par le régime de Bozizé.

Le régime de Bozizé crée une situation de désordre et d’insécurité tellement malsaine et néfaste en République Centrafricaine qu’il est pratiquement impossible d’attirer les investisseurs dans notre pays. L’UFDR avise l’opinion nationale et internationale: les semaines avenirs seront déterminantes et il faut en finir avec ce régime.

L’UFDR est totalement mobilisée aussi bien sur le plan militaire que politique et tend la main à toutes les bonnes volontés nationales centrafricaines et leurs amis pour réaliser le vœu de toute la population : le départ de Bozizé du pouvoir, totalement incapable et indigne de diriger notre pays la République Centrafricaine.

Fait à Sam Ouandja (RCA), le 12 juillet 2007

Justin Kombo, Chargé de l’organisation
Pour le Bureau politique, UFDR
E-mail : justin.ufdr@yahoo.fr


Commentaires sur facebook