DÉCLARATION DE L’ACTUS RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES FORCES MILITAIRES DE L’UNION EUROPÉENNE (UE) AU TCHAD.

L’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme (ACTUS) prend acte de la décision de l’Union Européenne (UE) de déployer sur le territoire du Tchad, frontalier avec le Soudan une Force militaire d’environ 2500 Hommes.

Nous exprimons notre ferme indignation et désapprobation sans retenue aucune face à cet acte de guerre qui viserait en réalité à procurer un parapluie au Général Président Idriss Déby Itno, dangereusement menacé par les Forces de résistance nationale ( UFDD, RFC, CNT, UFDD-Fondamentale, CAR) à partir des territoires libérés dans cette région.

Cette décision de l’UE a été approuvée avec l’accord du Général-Président Idriss Déby Itno au cours de sa récente visite officielle en France le 19 juillet dernier. Cependant, il est judicieux de rappeler que le même Président tchadien dans une déclaration en date du 13 juin rapportée par l’AFP, s’opposait à tout déploiement des troupes militaires étrangères au Tchad.

Son volte-face inattendu depuis Paris, serait le résultat d’un accord secret qui garantirait, la pérennité de son pouvoir contre la légitime et irrésistible marche sur N’Djaména des Forces de résistance nationale d’une part et d’autre part permettrait aux puissances impérialistes d’agresser ouvertement le Soudan pour ses accointances pétrolières tant décriées par les puissances impérialistes occidentales avec la République Populaire de Chine.

Dans cette région sensible où les Forces de résistance nationale tchadienne (UFDD, RFC, CNT, UFDD-Fondamentale,CAR) contrôlent les territoires libérés, la participation directe aux combats des troupes de l’Union Européenne aux côtés de l’Armée gouvernementale tchadienne serait inévitable.

Cette Force militaire européenne au Tchad serait donc inappropriée, partiale et ne contribuerait nullement à la protection des réfugiés comme elle le prétend.

En effet, la responsabilité du Général-Président Idriss Déby Itno dans la création et le soutien au Mouvement pour la Justice et l’Égalité(MJE), le mouvement rebelle du Darfour depuis février 2003 est indéniable. L’expansion des troubles et des guerres dans la région du Darfour sont aussi l’œuvre criminelle du locataire du palais rose de N’Djaména.

En avril dernier, l’agence Reuters annonça l’agression du Soudan par les troupes tchadiennes, entrées en profondeur dans le territoire du Darfour, tuant 17 membres des forces de sécurité et de nombreux civils.

L’implication du Général-Président Idriss Déby Itno dans cette tragédie humaine a été stigmatisée par certains Rapports des ONG et notamment celui des Nations-Unies de 2006, auxquels viennent s’ajouter les Reportages et les récits poignants et détaillés des très proches et Ex collaborateurs du Général-Président Déby qui ont rejoint depuis lors les Forces de résistance nationale.

Le Docteur Khalil Ibrahim , Leader du MJE qui se pavane fièrement dans les rues de N’Djaména en toute quiétude et effectue aussi quelques séjours dans la capitale française, a confirmé dans une interview à RFI le 20 octobre 2006, le rôle capital joué par le Général-Président Idriss Déby Itno dans le soutien à son mouvement qui participe par ailleurs aux combats contre les Forces de résistante nationale aux côtés de l’Armée gouvernementale tchadienne.

Le Général-Président Idriss Déby Itno pratique ainsi le terrorisme d’état en utilisant les mercenaires soudanais du MJE pour exterminer son propre Peuple.

Nous constatons avec colère la traduction irréfutable de la nature congénitalement criminogène du personnage dont le plaisir et la satisfaction extrêmes sont proportionnels au nombre des Tchadiens raccourcis et au degré jamais atteint de mémoire de tchadien dans sa destruction socio-économique du pays, faisant de ce dernier l’un des plus misérables au monde et ce, malgré les recettes colossales provenant de la vente du pétrole. Depuis 2003 , l’or noir a rapporté au Tchad 306 millions de dollars de recettes brutes. Le pays avait exporté pour 118 millions de barils selon le rapport de la Banque mondiale de septembre 2005.

Rien que pour la première année de vente de pétrole, le pays a engrangé plus de 103 millions de dollars selon la BEAC.

Un lobby pro-Déby, réactionnaire et négationniste du génocide du Peuple tchadien continue de mener une campagne internationale d’occultation de cette tragédie humaine au pays de Toumaï. Cette campagne fortement médiatisée en faveur du conflit du Darfour stigmatise le gouvernement soudanais comme étant le responsable de ce drame dont les conséquences s’étendent aux populations tchadiennes de cette région frontalière : des milliers de morts, des blessés graves, des déplacés et réfugiés.

Ce même lobby pro-Déby demeure aphone et aveugle face au génocide du peuple tchadien pratiqué par le Général-Président Idriss Déby depuis 17ans.Cette macabre discrimination est blasphématoire pour la mémoire des milliers de victimes de la tyrannie que le lobby chercherait à anoblir puis sanctifier.

La lutte contre la dictature menée par les Forces de résistance nationale a commencé il y a 17ans contre le régime tyrannique, quelques mois seulement après la prise du pouvoir par le Général-Président Idriss Déby, en décembre 1989.

Cette lutte de libération est donc bien antérieure à l’embrasement général déclanché dans le Darfour par le Tyran tchadien en février 2003. Il serait par conséquent intellectuellement malhonnête d’attribuer la paternité de la création des Forces de résistance nationale et de leurs héroïques luttes au Gouvernement soudanais.

À ceux qui rétorqueraient que le Soudan aide matériellement les Forces de résistance nationale, nous répondons que les Forces françaises libres de résistance contre la tyrannie et l’occupant nazi avaient-elles refusé l’aide matérielle et humaine des alliés ? Alors pourquoi ne reconnaît-on pas ce même droit à notre Peuple martyr qui lutte contre la tyrannie ?

Les armes saisies lors des incursions des rebelles du MJE et des soldats faits prisonniers par les Forces soudanaises ont révélé que leur armement et matricules appartenaient à l’Armée tchadienne.

Les Forces de résistance nationales ne sont pas des mercenaires soudanais ou des terroristes comme adore les qualifier à satiété et à dessein le Général-Président Idriss Déby. Les combattants des Forces de résistance nationale sont des Tchadiens connus de tous et mieux encore leurs principaux dirigeants furent pour certains des proches collaborateurs du Général-Président Déby, d’autres des diplomates ou encore des officiers supérieurs qui ont décidé de rompre avec le régime abominable de N’Djaména.

Cette grossière désinformation, reprise en chœur par le Lobby pro-Déby en occident, a pour seul objectif de victimiser le Tyran d’une part et d’autre part de criminaliser les Forces de résistance nationale aux yeux de l’opinion internationale.

On préparerait ainsi incontestablement les esprits en occident à accepter le déploiement des Forces de l’UE qui ferait d’une pierre deux coups en participant aux côtés de l’Armée tchadienne pour combattre les Forces de résistance nationales (UFDD, RFC, CNT, UFDD-Fondamentale, CAR) et aider militairement les Forces rebelles soudanaises du Darfour contre le gouvernement du Général El Béchir de Khartoum. Ce dernier scénario serait le prélude à la création d’une zone d’exclusion aérienne au Darfour à l’instar du Kurdistan irakien dans les années 90-2000, laquelle serait suivie d’une occupation militaire à l’irakienne par les USA du pays pour le pillage du pétrole.

Aucun Africain conscient de l’avenir de notre continent et militant pour le projet de création des Etats-Unis d’Afrique, ne saurait accepter cette recolonisation déguisée.

Il est de notoriété publique que l’opposition tchadienne plurielle (Forces de résistance nationale, Partis démocratiques), la Société et les syndicats ont multiplié ces dernières années les propositions et autres initiatives de paix globale et sans exclusive pour le Tchad, mais le Général-Président Idriss Déby Itno continue d’opposer une fin de non-recevoir.

Les dernières initiatives en cours à Libreville et à Tripoli ou l’Opposition plurielle est présente, témoigne si besoin est, de la prédisposition de cette dernière au dialogue pour la paix. La balle demeure toujours dans le camp du Gouvernement tchadien.

Nous osons encore espérer que le Général-Président Idriss Déby Itno serait encore traversé par une lueur d’Humanisme et de patriotisme qui le conduirait enfin à accepter les dernières initiatives de paix soutenues par le Président Omar Bongo Odimba et le Guide libyen Mouammar Kadhafi.

Il n y aurait pas d’autres alternatives que la résistance armée pour les masses populaires si le locataire du Palais rose persiste à rejeter systématiquement le dialogue de paix. Il y va de la survie de notre Peuple qui n’est pas un va-t-en guerre et ne ferait pas l’apologie d’une quelconque violence. Cependant, face à la violence qui lui est imposée par le régime, les Masses populaires seraient contraintes d’opposer une violence légitime, celle de la légitime défense de libération, qui est par ailleurs reconnue par la déclaration d’Alger de 1976. Cette pertinente déclaration stipule que les Peuple opprimés ont droit de recourir à la lutte armée pour se libérer de la domination, de la dictature et de l’oppression.

Face à la tragédie tchadienne qui perdure depuis 17 ans, l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme (ACTUS) :

– condamne et exprime sa ferme opposition au déploiement des troupes militaires de l’Union Européenne au Tchad à la frontière avec le Soudan. Cet acte de guerre permettrait de sécuriser et de sanctuariser le régime du Général-Président Idriss Déby Itno.

Nous avons encore en mémoire le déploiement des Forces françaises au Rwanda (opération turquoise de 1994) qui a permis aux Forces Rwandaises de s’organiser puis de se livrer au génocide qui a fait environ 1million de morts.

  • s’oppose à l’utilisation du Tchad comme base arrière pour une quelconque agression impérialiste contre le Soudan en suscitant une guerre meurtrière entre les deux Peuples pour des raisons pétrolières.
  • condamne cette campagne internationale cynique et inique du lobby pro-Déby qui occulte le génocide du Peuple tchadien par le Général-Président Idriss Déby Itno, en mettant en exergue que le conflit du Darfour dont ce dernier est le principal instigateur.
  • Cette stratégie permettrait de protéger et de détourner les regards sur la tragédie tchadienne et les crimes contre l’Humanité du dictateur tchadien.
  • demande à l’Union Européenne et principalement à la France dont les troupes militaires basées au Tchad ont toujours sauvé et protégé le régime tyrannique du Général-Président Idriss Déby Itno contre les insurrections des Masses populaires tchadiennes, d’exercer de pressions fortes et suffisantes, voire de contraindre par tous les moyens le locataire du Palais rose d’accepter les projets de paix impulsés par l’opposition plurielle et soutenus par les Président Omar Bongo Odimba et Mouammar Kadhafi
  • demande à l’Union Africaine (UA) et à l’ONU d’appuyer ces initiatives de paix afin d’épargner à notre Peuple une tragédie d’une ampleur jamais égalée, irréversible et par ricochet embrasserait la sous-région ;
  • soutient toutes les initiatives de paix en cours ou en perspective par toutes les bonnes volontés ;
  • remercions son Excellence le Président Omar Bongo Odimba pour ses efforts dans la recherche du rétablissement de la paix au Tchad ;
  • réaffirmons notre soutien à l’initiative de Paix du Président Goukouni Weddeye à laquelle nous avons été conviés à Libreville au Gabon ;
  • affirme que le conflit du Darfour ainsi que la stabilité dans la sous-région trouveraient une solution idoine que si le problème tchadien est résolu ;

Libreville, le 22 Juillet 2007
Pour l’ACTUS (Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme)
Le Secrétaire Général
Dr LEY- NGARDIGAL Djimadoum
Tél : 00 33 6 29 97 35 83
Courriel : actus@club-internet.fr

Site web: http//www.tchadespoir.net


Commentaires sur facebook