LE Second CONGRES DU PLD se tiendra les 2, 3 et 4 novembre 2007 à Ndjamena

PLDLe PLD tient son 2ème Congrès, dans un contexte particulièrement difficile, même s’il y a quelques lueurs d’espoir de paix pour le pays. L’avenir est encore incertain, le pire est encore à craindre! Accord du 13 août, accord du 1er octobre, accord du 3 octobre, accord du 25 ocobre….C’est dire qu’il y a des problèmes dans notre pays et des problèmes qui perdurent.

La recherche de la paix a été un élément moteur dans le cheminement du Parti et ce depuis 1995 (Franceville,…), plusieurs documents ont été produits, en particulier celui intitulé « dialogue constructif pour une paix durable au Tchad ». Force est de constater que l’effort est vain, puisque depuis 2005, c’est la guerre ouverte qui s’est installée, guerre de basse intensité, haute intensité et ce jusqu’aux événement du 13 avril 2006, en plein cœur de la capitale.

L’accord du 13 août sur le processus électoral est une avancée majeure dans la marche de notre pays. Il consacre la culpabilité du système Deby par rapport aux fraudes successives et massives. Cet engagement, encore un autre traduit peut-être sa volonté à renoncer à ces procédés d’une part ; il ouvre aussi la voie à une paix durable qui pourrait être consacrée par la tenue d’élections fiables et transparentes. Il donne enfin la possibilité aux acteurs de la vie publique tchadienne de s’inscrire dans une perspective pacifique, rompant avec nos traditions de conquête du pouvoir ou sa conservation par les armes.

Une quête de paix juste et durable

C’est une aspiration profonde du peuple tchadien, contrariée par la volonté du système Deby de se pérenniser au pouvoir. Et cela au mépris de toutes les règles élémentaires de démocratie. La crise tchadienne actuelle est due principalement à la modification de la constitution de 1996 et de la rupture du consensus issu de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) de 1993. La sortie de crise ne peut venir que d’un nouveau consensus. Toute autre solution qui ne va pas au fonds du contentieux est vouée à l’échec. Beaucoup ne l’ont pas encore compris.

Mis en application sans arrière pensée et sans calcul, l’accord du 13 août est une base solide pour des élections transparentes. Encore faut-il la paix pour ce faire ! Les questions débattues lors du dialogue inter tchadien et qui ont été rejetées par Deby n’en demeurent pas moins des problèmes. Ce n’est pas en brisant le miroir qui les reflètent qu’on les élimine.

Aussi la nécessité d’une jonction entre tous ces accords et donc des acteurs politiques ne fait l’ombre d’aucun doute. A moins que les tenants du pouvoir ne soient dans une stratégie de gain de temps pour rebondir et nous ramener à la case départ.

Une exigence de mobilisation citoyenne

Dans cette lutte pour les libertés et la démocratie, les tchadiens ont payé un lourd tribut. Le PLD doit être capable de canaliser leurs efforts pour bâtir une organisation solide capable d’être au cœur de la lutte. Notre 2ème Congrès se tient à un moment charnière. Serions nous capables de bien saisir les aspirations de notre peuple et des tendances qui s’expriment en son sein pour être le fer de lance nécessaire ? Serions nous capables de faire en sorte que le Parti qui a traversé des périodes difficiles extrêmes soit encore un espoir pour notre jeunesse ? Pour notre peuple tout entier ?

Nous devons faire du PLD un parti politique qui relie le citoyen militant tchadien à sa société, et ce dans un contexte social incontestablement défavorable à l’effort pour le progrès et la démocratie. Un parti fédérateur de toutes les forces du Tchad, qui doit peser d’un poids particulier dans la vie politique nationale. Il doit être une école républicaine, pour canaliser les passions nationales les plus fortes afin de lutter contre les violences politiques comme la priorité des priorités. Cette orientation donne un sens précis à l’engagement du citoyen tchadien dans son développement social de demain.

C’est un combat pour la dignité de l’homme, pour un Tchad nouveau qui doit protéger le citoyen, lui faire profiter d’une nouvelle liberté pour qu’il devienne un homme rassuré et responsabilisé dans ses obligations.

Le PLD tiendra son deuxième CONGRES, les 2, 3 et 4 novembre 2007, à Ndjamena autour de ces idées fortes.

Le Secrétaire Général
IBNI OUMAR Mahamat Saleh


Commentaires sur facebook